Réseau social d'entreprise : pas cher et utile

Publié le 16/01/2013 à 11:15, mis à jour le 23/01/2013 à 13:52

Réseau social d'entreprise : pas cher et utile

Publié le 16/01/2013 à 11:15, mis à jour le 23/01/2013 à 13:52

Par Les Affaires

Près de 40% des employés d'entreprises qui disposent d'un réseau social interne n'y sont même pas inscrits. Plus de 70% ne le lisent pas. Et pourtant, vous devriez en avoir un, estime la firme Deloitte.

Dans ses prédictions 2013 pour le secteur des technologies, des médias et des télécommunications (TMT), Deloitte estime que 90% des entreprises inscrites au palmarès Fortune 500 auront partiellement ou complètement intégré un réseau social d'entreprise à la fin 2013. Ce serait une augmentation de 70% par rapport à 2011.

Lisez la suite sur le site de Productivité 202020.

**********************

Productivité 202020 se veut un programme rassembleur. Lancé par le Groupe Les Affaires, son objectif est de permettre au Québec d'accroître sa productivité de 20 % d'ici 2020, et d'assurer ainsi la compétitivité de nos entreprises.

Nous lançons ce défi à la communauté d'affaires québécoise, puisque c'est en augmentant la productivité de chaque entreprise que nous pourrons atteindre cette cible ambitieuse, mais réaliste.


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

10 choses à savoir vendredi

Il y a 59 minutes | Alain McKenna

Bombardier a frappé dans le mille, ce titre boursier séduit plus que Tesla, une auto neuve par jour à 700$/mois.

«Je possède 41 300 actions de Bombardier, que faire?»

BALADO. Les actionnaires sont nombreux à se demander quoi faire avec leurs actions de Bombardier. Voici une réponse.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

06:49 | LesAffaires.com et AFP

«Attention au risque d'un réveil brutal des marchés, assez complaisants ces derniers jours.»