Réduire le financement des écoles privées serait une bêtise

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

Réduire le financement des écoles privées serait une bêtise

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

S'agit-il d'un autre ballon d'essai du gouvernement Couillard ou d'une tentative du ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, d'attirer l'attention sur autre chose que les 215 000 $ de primes discutables reçues pour la prise de patients «orphelins» quand il était député de l'opposition ?

Quel que soit le motif de lancer l'idée de réduire de 50 % le financement des écoles privées, ce serait une mauvaise manoeuvre pour plusieurs raisons. Ce n'est pas pour rien que les gouvernements péquistes n'ont jamais osé le faire, même si une bonne partie de leur clientèle (militants péquistes et syndicats) a généralement été en faveur de cette proposition.

Le modèle québécois de financement de l'école privée a fait ses preuves. Il permet à des familles de la classe moyenne de donner à leurs enfants de meilleures chances d'accéder aux études supérieures et de bénéficier d'une mobilité sociale ascendante.

Ce modèle fait aussi économiser beaucoup d'argent au gouvernement. Le fait que les parents paient 44 % du coût de l'éducation secondaire de leurs enfants représente des économies certaines pour l'État. Selon ses propres chiffres, le gouvernement ne finance les écoles privées qu'à hauteur de 42 %. Quelque 14 % de leurs fonds viennent de la location de locaux, de la fondation de l'école et d'activités de financement auxquelles les parents sont fortement associés.

Les droits de scolarité payés par les parents sont d'environ 4 000 $ par année. S'ajoute à cela le coût du transport scolaire, qui s'est accru cette année d'environ 200 $ à la suite de la réduction de la subvention gouvernementale à cet effet.

Bien sûr, le ministre Bolduc n'osera jamais couper tout le financement gouvernemental des écoles privées comme le voudraient les tenants du plus petit dénominateur commun (tout le monde serait égal, mais en égalisant par le bas). Le gouvernement vérifie plutôt l'acceptabilité d'une hausse des droits de scolarité de 2 000 $ par élève, ce qui les porterait à 6 000 $ (12 000 $ pour une famille ayant deux enfants au privé).

À propos de ce blogue

Tour à tour rédacteur en chef et éditeur du journal Les Affaires pendant quelque 25 ans, Jean-Paul Gagné en est l’éditeur émérite depuis 2007. En plus de publier un commentaire hebdomadaire dans le journal et de tenir un blogue dans LesAffaires.com, il participe à l’organisation d’événements et représente le journal dans les milieux d’affaires. Il est aussi appelé à commenter l’actualité dans d’autres médias et à prononcer des conférences. Jean-Paul Gagné a consacré sa vie professionnelle au journalisme économique. Avant son entrée aux journal Les Affaires, qu’il a contribué à relancer pour en faire la principale publication économique du Québec, il a passé une douzaine d’années au quotidien Le Soleil, où il était journaliste économique et cadre à la rédaction. Jean-Paul Gagné est diplômé en économie et en administration. Il a reçu de nombreuses marques de reconnaissance, dont les prix Hermès et Gloire de l’Escolle de l’Université Laval, le prix Carrière en journalisme économique de la Caisse de dépôt et placement et Merrill Lynch et le Prix du livre d’affaires remis par Coop HEC Montréal et PricewaterhouseCoopers. Il siège au conseil d’administration d’organismes sans but lucratif.

Jean-Paul Gagné

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Comment être à l'aise pour négocier votre salaire?

20/02/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il existe une astuce simple et efficace pour aborder, sûr de soi, un sujet aussi sensible...