Près de 60% des Québécois ne gagnent pas 28 $ l'heure

Publié le 06/05/2021 à 14:02, mis à jour le 06/05/2021 à 14:08

Près de 60% des Québécois ne gagnent pas 28 $ l'heure

Publié le 06/05/2021 à 14:02, mis à jour le 06/05/2021 à 14:08

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Seuls 42 % des travailleurs gagnent 28 $ l’heure et plus. « Des industries complètes ne peuvent payer ça », affirme la présidente-directrice générale de l’Institut du Québec, Mia Homsy,

Elle participait, jeudi, à un forum organisé par le Conseil du patronat du Québec intitulé: Mythes et réalités sur l’immigration économique.

C’est donc dire que près de 60 % des travailleurs du Québec ne gagnent pas le salaire horaire de 28 $ l’heure, soit l’équivalent du seuil cité par le premier ministre François Legault pour favoriser l’arrivée d’immigrants économiques afin de réduire l’écart de richesse entre le Québec et l’Ontario.

« On est la deuxième province avec le marché du travail le plus serré quand on regarde les postes vacants », a ajouté Mme Homsy.

Dans le cadre de ce forum, on a aussi souligné qu’il y avait 148 460 postes vacants au quatrième trimestre de 2020. Ces postes commandaient un salaire moyen de 21,50 $ l’heure.

Ces postes vacants se trouvent par exemple dans la santé et l’assistance sociale, ainsi que le commerce de gros et de détail. L’essentiel des postes vacants est constitué d’une liste de 124 métiers.

Les participants ont souligné le fait que l’immigration économique n’était pas la seule façon de solutionner les problèmes de rareté de main-d’œuvre. L’automatisation en est une autre, l’augmentation de la productivité, de façon plus large, ainsi que le maintien en emploi des travailleurs de 60 ans et plus et l’intégration des personnes handicapées, par exemple.

« Il faut relever le niveau de qualification de tout le monde, c’est clair », a lancé Mme Homsy, laissant entendre que cela ne vaut pas seulement pour les immigrants économiques.

Le président et chef de la direction du Conseil du patronat du Québec, Karl Blackburn, de son côté, a déploré le fait que les gouvernements du Québec et du Canada se relancent la balle quant aux délais dans l’arrivée de travailleurs étrangers, dans le contexte engendré par la COVID-19.

« Force est de constater qu’il y a quand même dans les délais une double responsabilité. On assiste à une querelle de juridictions actuellement. Je vous invite tous à éviter de tomber dans ce piège », a-t-il affirmé.

À la une

Le Canada se fait damer le pion par la Chine en Amérique du Sud

11/06/2021 | François Normand

ANALYSE. L'Europe s'inquiète de la perte de son influence économique dans le Mercosur. Le Canada, lui, regarde ailleurs.

Lumenpulse renonce à son retour en Bourse

11/06/2021 | Denis Lalonde

Lumenpulse, qui souhaitait revenir en Bourse à une valorisation d'un milliard de dollars, interrompt son PAPE.

Lumenpulse revient en Bourse avec une valeur d'un milliard

BLOGUE. Lumenpulse devient LMPG et revient en Bourse avec deux nouveaux partenaires québécois.