Pétrole: la pandémie représente toujours une incertitude, souligne l'OPEP

Publié le 13/12/2021 à 08:26

Pétrole: la pandémie représente toujours une incertitude, souligne l'OPEP

Publié le 13/12/2021 à 08:26

Par AFP

Pour cette année, l'OPEP estime ainsi toujours que le rebond de la demande de brut devrait atteindre 5,7 millions de barils par jour (mb/j) pour atteindre une demande mondiale totale de 96,6 mb/j. (Photo: 123RF)

Vienne — L’OPEP a maintenu lundi ses prévisions pour la demande pétrolière mondiale en 2021 et l'an prochain, tout en soulignant l'«incertitude» que continue de faire peser la pandémie de COVID-19 sur le marché.

«La reprise attendue en 2021 a été entourée de difficultés, dont certaines devraient continuer l'année prochaine», écrit l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) dans son rapport mensuel.

«L'équilibre attendu du marché continue d'être déterminé par l'évolution de la pandémie de COVID-19, un facteur clef d'incertitude», poursuit le cartel. 

Les prévisions pour la demande mondiale ont cependant été confirmées à ce stade. Pour cette année, l'OPEP estime ainsi toujours que le rebond de la demande de brut devrait atteindre 5,7 millions de barils par jour (mb/j) pour atteindre une demande mondiale totale de 96,6 mb/j.

Toutefois, dans le détail, les chiffres ont été revus en hausse pour le premier semestre et en baisse pour les deux derniers trimestres.

Pour le quatrième, l'ajustement reflète «principalement les mesures d'endiguement en Europe et l'impact potentiel du nouveau variant Omicron», explique l'OPEP.

Pour 2022, la demande est toujours prévue en hausse de 4,2 mb/j.

«L'impact du nouveau variant Omicron devrait être modéré et de court-terme, le monde devenant mieux armé pour faire face à la COVID-19 et aux difficultés qu'il cause», estiment les auteurs.

Ces commentaires interviennent alors que les pays de l'OPEP et leurs alliés au sein de l'accord dit OPEP+ ont décidé récemment de poursuivre leur politique d'augmentation graduelle de la production.

L'OPEP a ainsi augmenté sa production de 285 000 barils par jour en novembre par rapport à octobre, selon des sources secondaires (indirectes) citées dans le rapport. Elle a été tirée par l'Arabie saoudite, l'Irak et le Nigeria.

Sur le même sujet

À la une

Gaz naturel: comment le Canada a échappé au chantage de Poutine

ANALYSE. Sans l'exploitation des gaz de schiste, le Canada serait dépendant du gaz russe et à la merci de Moscou.

Bourse: hyper volatile, Wall Street conclut proche de l'équilibre mais perd sur la semaine

Mis à jour le 20/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto enregistre un gain hebdomadaire pour la première fois en 2 mois.

À surveiller: Lightspeed, Canopy Growth et Alimentation Couche-Tard

20/05/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Lightspeed, Canopy Growth et Couche-Tard? Voici quelques recommandations d’analystes.