Perte de 213 000 emplois au Canada en janvier

Publié le 05/02/2021 à 09:26

Perte de 213 000 emplois au Canada en janvier

Publié le 05/02/2021 à 09:26

Par La Presse Canadienne
Un travailleur de la construction sur un chantier

(Photo: La Presse Canadienne)

L’économie a perdu 213 000 emplois en janvier, et l’emploi est tombé à son plus bas niveau depuis le mois d’août, annulant les gains réalisés à l’automne, selon les données de Statistique Canada.

Le taux de chômage a augmenté de 0,6 point de pourcentage pour s’établir à 9,4 %.

La baisse a été entièrement enregistrée dans l’emploi à temps partiel et elle s’est concentrée dans les secteurs du commerce de détail du Québec et de l’Ontario.

Au Québec, le taux de chômage a augmenté de deux points de pourcentage pour atteindre 8,8 %, ce qui représente le plus haut niveau depuis août. 

Par ailleurs, Statistique Canada rapporte que parmi les Canadiens qui ont travaillé au moins la moitié de leurs heures habituelles, le nombre de personnes ayant travaillé à partir de leur domicile a augmenté de près de 700 000 pour atteindre 5,4 millions en janvier, ce qui a dépassé le sommet précédent de 5,1 millions enregistré en avril pendant la première vague de la pandémie de COVID-19.

Selon la firme de données financières Refinitiv, l’évaluation moyenne des économistes prévoyait une perte de 47 500 emplois en janvier et un taux de chômage de 8,9 %.

 

Sur le même sujet

Revaloriser les objets pandémiques: un défi entrepreneurial

BLOGUE INVITÉ. Le leader appelle à l’affirmation et à la responsabilisation, car il a foi en son prochain.

Début de la vaccination dans les pharmacies partout au Québec

D'abord à Montréal seulement, la vaccination en pharmacie s'étend à tout le Québec au cours des prochains jours.

À la une

Le marché des PAPE est en feu

BLOGUE INVITÉ. Nous sommes fort probablement à un haut du cycle et la récréation pourrait bien prendre fin.

Immobilier: l'accessibilité recule au Québec

13:17 | Les Affaires - JLR

Au cours du mois de mars, le marché immobilier québécois est demeuré un défi pour les acheteurs.