Pénurie de main-d'oeuvre: Québec accroîtra le recrutement à l'étranger

Publié le 25/04/2022 à 11:56

Pénurie de main-d'oeuvre: Québec accroîtra le recrutement à l'étranger

Publié le 25/04/2022 à 11:56

Par La Presse Canadienne

L’annonce a été faite lundi, en conférence de presse à Québec, par le ministre de l’Emploi, Jean Boulet, qui est aussi ministre de l’Immigration. (Photo: La Presse Canadienne)

Québec — Aux prises avec une importante pénurie de main-d’œuvre, qui freine son élan économique, le Québec devra se tourner davantage vers l’étranger pour combler les besoins des entrepreneurs dans les années qui viennent. 

Un des moyens retenus pour répondre à la demande pressante des employeurs sera donc d’espérer recruter 3000 travailleurs provenant de différents pays dans l’année qui vient, un phénomène qui risque de s’accentuer au cours des prochaines années. C’est le double du nombre de recrues de l’an passé. 

L’annonce a été faite lundi, en conférence de presse à Québec, par le ministre de l’Emploi, Jean Boulet, qui est aussi ministre de l’Immigration.

Dans les prochains mois, Québec organisera donc 17 «Journées Québec», des missions de recrutement dans autant de pays, événements auxquels les employeurs intéressés pourront participer. 

La priorité sera donnée aux pays francophones ou francophiles, dont la France et le Maroc, notamment, ce qui devrait faciliter et accélérer l’intégration des recrues, et espère-t-on, leur rétention au Québec.

On misera en priorité sur les secteurs d’activité où les besoins sont les plus importants à court terme, comme les technologies de l’information, le génie, l’industrie de la construction, la santé et les services de garde. 

Mais on tentera aussi de ne pas négliger d’autres secteurs, comme l’hôtellerie et la restauration, grandement affectés par deux ans de pandémie, en termes de perte de personnel et de difficulté de recrutement.

La pénurie de main-d’œuvre au Québec est «aiguë» dans tous les secteurs d’activité et dans toutes les régions, a convenu le ministre Boulet, qui anticipe d’ici 2030 pas moins de 1,4 million de postes vacants à combler. 

Dans ce contexte de rareté généralisée, «l’immigration est une des options à la disposition des entreprises», a-t-il dit, une option qui risque de prendre une importance croissante au fil des ans. 

Cependant, le gouvernement ne prévoit pas pour autant revoir à la hausse les seuils d’immigration du Québec, maintenus autour de 50 000 nouveaux arrivants annuellement.

L’initiative gouvernementale annoncée lundi est menée en collaboration avec Québec International, Montréal International et la Société de développement économique de Drummondville.

Sur le même sujet

Le Canada se dirigerait vers une «courte» récession «modérée» en 2023, selon RBC

Dans un nouveau rapport, la Banque Royale dit s'attendre à ce que les prix des maisons chutent de 10%.

Les perspectives financières des Canadiens s’assombrissent

Mis à jour le 06/07/2022 | La Presse Canadienne

Les mois à venir pourraient être cahoteux pour les budgets des ménages, souligne une nouvelle étude de Desjardins.

À la une

Le secret d'un démarrage réussi

Il y a 47 minutes | Dominic Gagnon

BLOGUE INVITÉ. Pas besoin d'une grande idée pour se lancer en affaires, mais plutôt d'une bonne solution.

Le Canada se dirigerait vers une «courte» récession «modérée» en 2023, selon RBC

Dans un nouveau rapport, la Banque Royale dit s'attendre à ce que les prix des maisons chutent de 10%.

Il faut diversifier l’approvisionnement en panneaux solaires, dit l'AIE

Il y a 58 minutes | La Presse Canadienne

L'Agence internationale de l'énergie met en garde contre ce marché contrôlé à 80% par la Chine.