Partenariat entre Le Massif et Groupe Germain

Publié le 01/05/2015 à 14:14

Partenariat entre Le Massif et Groupe Germain

Publié le 01/05/2015 à 14:14

Une vue de l'Hôtel La Ferme. (Photo: Valérie Lesage)

Le Massif de Charlevoix confie les opérations de l’Hôtel La Ferme au Groupe Germain. Ce partenariat était souhaité de longue date par Daniel Gauthier, président du conseil d’administration du Groupe Le Massif.

«Même avant la construction de l’hôtel, je courtisais le Groupe Germain», a confié M. Gauthier à Les Affaires, expliquant avoir toujours envisagé le succès de son grand projet récréo-touristique dans les partenariats.

«On tombe dans les ligues majeures avec le Groupe Germain. On avait le beau produit, mais pas nécessairement le réseau derrière. Cela permettra une croissance plus rapide. Ils ont trois millions de nuitées cumulées, 26 ans d’expérience en hôtellerie. Je suis loin d’avoir leur capacité de mise en marché», a indiqué l’entrepreneur.

Daniel Gauthier est actionnaire du Groupe Germain depuis une dizaine d’années et le Groupe Germain a également une petite participation dans Groupe Le Massif. Aussi, c’est un membre de la famille Germain, Richard, qui dirige La Ferme depuis son ouverture. Les liens se tissent donc depuis quelques années entre les deux entreprises québécoises, d’autant que Christiane Germain siège sur le conseil d’administration du Massif et que Daniel Gauthier siège sur celui du Groupe Germain.

«On nous demande déjà souvent si l’Hôtel La Ferme est un hôtel Le Germain en raison de son design et de son grand confort. Ce projet est une progression naturelle», a indiqué la coprésidente du Groupe Germain par voie de communiqué, alors qu’elle revient de Winnipeg où elle a inauguré un onzième hôtel jeudi.

Les Hôtels Germain et Alt sont concentrés dans les milieux urbains et l’ajout de La Ferme dans le réseau constitue un retour à la villégiature, après l’expérience de l’Auberge Hatley, envolée en fumée en 2006. Selon Daniel Gauthier, le concept de La Ferme, désigné plus beau design intérieur au monde en 2013 par Retail and Leisure, sera poussé encore plus loin. Les moutons dans le pré et le potager dans la cour intérieure sont là pour rester.

L’arrivée du Groupe Germain, dont le Groupe Le Massif demeure propriétaire à 100%, permettra d’améliorer la rentabilité puisque toute la structure d’administration, ventes, RH et marketing est déjà en place. Des économies d’échelle d’un million de dollars par année sont envisagées.

«C’est une belle évolution pour nous, je franchis une étape. Pour la suite du projet, on a aussi intérêt à s’associer avec de grands joueurs qui ont de l’expérience. À la montagne, pour la restauration, les boutiques, je veux de la diversité. Quand c’est toute la même organisation qui gère, il risque d’y avoir une tendance à faire du copier-coller», souligne Daniel Gauthier.

Signal positif pour les investisseurs potentiels, le partenariat avec Groupe Germain, entrevoit M. Gauthier, le positionnera encore mieux dans ses négociations avec le Club Med. Même si l’entreprise de loisirs d’origine française est passée en janvier sous contrôle chinois (Fosun), les négociations se poursuivent avec Le Massif.

«On sent même plus d’ouverture depuis un certain temps et on espère une conclusion le plus rapidement possible. On est dans leurs priorités de développement», soutient M. Gauthier.

Parallèlement aux négociations avec le Club Med, Groupe Le Massif s’affaire à rassembler du financement pour le projet de complexe hôtelier de 100 M$ au pied de la montagne. Investissement Québec vient de donner son accord pour une participation de 25%, a fait savoir l’entrepreneur.

Cette année, la saison hivernale la plus froide en 115 ans, qui a suivi un autre hiver difficile en 2014, force la patience avant la rentabilité.

«Mais on continue de soutenir le projet parce qu’on y croit et on a retrouvé la satisfaction des clients après une baisse l’an dernier. On est revenus dans le top des stations les plus appréciées.»

 

À la une

L'assurance-emploi et l'assurance médicaments dans la mire des syndicats

Les syndicats s’attendent à des changements concernant l’assurance-emploi et le programme d’assurance médicaments.

Main-d'oeuvre: les attentes des chambres de commerce sont grandes

Elles s'inquiètent aussi des conséquences qu’aura l'endettement des derniers mois sur les PME.

Le patronat veut de l'action de la part d'Ottawa

Mis à jour à 13:53 | Emmanuel Martinez

Suite aux élections fédérales, les associations représentant les entreprises veulent de l'action de la part d'Ottawa.