Les Soeurs en vrac multiplient les produits

Publié le 27/03/2010 à 00:00

Les Soeurs en vrac multiplient les produits

Publié le 27/03/2010 à 00:00

Par Dominique Froment

Après s'être serré la ceinture durant la crise, les consommateurs sont plus enclins à se payer de petites gâteries. Le moment est donc propice pour tenter de les séduire avec de nouveaux produits plus haut de gamme.


C'est ce qu'ont fait les Soeurs en vrac il y a deux mois. La PME de Pointe-aux-Trembles, qui distribue 600 produits alimentaires (des épices, des noix, des bonbons, etc.), a lancé des petits pots de fruits déshydratés enrobés de chocolat 70 % de cacao. Ces pots se détaillent jusqu'à 6,99 $ avant taxes, et sont plus chers que les autres gâteries de la PME.


Pour Natalie Catherine Provost, directrice des ventes de l'entreprise, lancer un nouveau produit est une aventure peu risquée. " Cela ne représente pas un investissement élevé; si notre nouveau chocolat 70 % ne fonctionne pas, nous le retirerons du marché et nous le mangerons ", dit-elle en riant.


Les Soeurs en vrac lancent plusieurs nouveaux produits chaque année. L'objectif visé est de suivre les tendances du marché.


Des présentoirs pour convaincre les détaillants


Contrairement à la plupart des produits en vrac de l'entreprise, qui sont vendus dans des contenants de plastique transparent, les nouvelles friandises chocolatées sont présentées dans de petites boîtes de métal qui suggèrent un produit plus haut de gamme.


Les Soeurs en vrac ont trouvé une solution pour contourner les réticences des commerçants dont l'espace tablette est limité : elles leur fournissent des présentoirs pour leurs petits contenants de métal. Cette stratégie permet aussi de mettre en valeur les produits dans le marché des friandises, un secteur où la concurrence est vive.


" Parfois, pour convaincre un détaillant de vendre un nouveau produit, nous en retirerons un autre moins populaire ", dit Mme Provost, qui ne fait aucune publicité.


Natalie Catherine et ses soeurs Stéphanie et Claudine, copropriétaires des Soeurs en vrac, ont misé sur la popularité des produits en petits pots auprès des consommateurs. Cette stratégie de commercialisation a permis à la PME de connaître une croissance soutenue : l'effectif est passé de 4 à 18 employés depuis 1998. L'entreprise familiale occupait alors une superficie de 1 200 pieds carrés, par rapport à 9 000 pieds carrés actuellement.


Pour devenir indépendantes


Natalie Catherine Provost a étudié la sociologie et la criminologie; Stéphanie, l'architecture et le design, et Claudine, le graphisme. Rien ne les préparait à devenir les " Reines du vrac ". C'est leur père qui a acheté une entreprise pour qu'il puisse travailler avec ses filles et les rendre indépendantes. " Cela aurait pu être un distributeur d'arachides ou un fabricant de serviettes hygiéniques; mon père est plutôt tombé sur un distributeur d'épices [Importations et Distributions BH] ", dit Natalie Catherine Provost.


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

La lutte contre le gaspillage alimentaire continue

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

AGRI-AGRO. L'industrie alimentaire cherche à s'adapter aux nouvelles exigences des consommateurs, de plus en plus...

Les marchés de proximité : une occasion à saisir

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

AGRI-AGRO. Les marchés de proximité sont en plein essor au Québec et offrent de belles occasions aux...

OPINION «Blockchain», l'avenir de la traçabilité?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
Nouveau Guide alimentaire: quels impacts pour les producteurs?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
L'industrie agricole et agroalimentaire doit-elle s'inquiéter des tensions avec la Chine?
Édition du 06 Avril 2019 | Kévin Deniau

À la une

Metro prend le plein contrôle de Première Moisson

Après les Coutu, au tour de la famille Colpron-Fiset de céder les rênes de Première Moisson.

Dans la classe moyenne? Voici pourquoi tu t'appauvris

Il y a 32 minutes | François Normand

BALADO - La classe moyenne a glissé de 64 à 61% de la population de l'OCDE depuis 40 ans. Au Canada, c'est 58%.

Débat: les sables bitumineux, un investissement vert?

BLOGUE. Le panel «L'avenir de la finance durable au Canada» a soulevé plusieurs questions. Je les dépose pour réflexion.