Le PIB prend 0,5% au Canada au troisième trimestre

Publié le 30/11/2018 à 10:29

Le PIB prend 0,5% au Canada au troisième trimestre

Publié le 30/11/2018 à 10:29

Par AFP

Le Produit intérieur brut du Canada a progressé de 2 % en rythme annuel au troisième trimestre, porté par les secteurs minier et pétrolier, a annoncé vendredi l’institut national de la statistique.


Les sociétés minières et pétrolières ont « stimulé la croissance au troisième trimestre », car elles ont « bénéficié d’une hausse des prix et de la demande étrangère », s’est félicité Statistique Canada dans un communiqué.


Par contre, « la croissance des dépenses des ménages a ralenti pour s’établir à 0,3 % », contre 0,6 % au trimestre précédent, a relevé l’institut canadien. 


Le marché immobilier résidentiel a par ailleurs enregistré un repli de 1,5 % des transactions et « la construction de logements neufs a reculé de 4,7 %, ce qui représente la baisse la plus prononcée depuis le deuxième trimestre de 2009 ».


Bien que conformes aux attentes du marché, et fidèles aux prévisions de la banque centrale canadienne, ces chiffres du PIB ont été mal accueillis. 


« Le Canada a eu un troisième trimestre médiocre » inquiet de « ce qui (l’)attend dans un avenir proche, avec une chute des dépenses d’investissement des entreprises », s’est inquiété Avery Shenfeld, économiste de la Banque CIBC.


Statistique Canada a en effet fait valoir que les dépenses des ménages ont marqué le pas durant ces trois mois compris entre juillet et septembre, de même que les investissements dans l’immobilier.


En plus, l’institut a relevé que « l’investissement des entreprises dans les machines et le matériel a diminué de 2,5 % », ce qui constitue « la baisse la plus prononcée enregistrée depuis le troisième trimestre 2016 ». 


Au deuxième trimestre 2018, le PIB canadien avait progressé de 2,9 % en rythme annuel, ce qui avait marqué « la hausse la plus prononcée depuis le deuxième trimestre de 2014 ».


Suite à ces précédents chiffres trimestriels encourageants, la Banque centrale canadienne avait relevé son principal taux directeur d’un quart de point, à 1,75 %, sa cinquième hausse en un an, et laissé entendre qu’une nouvelle hausse pourrait avoir lieu en décembre.


Mais pour CIBC, les chiffres du troisième trimestre « ne semblent pas soutenir l’idée d’une hausse de taux en décembre, et il va falloir que les résultats d’octobre soient bien meilleurs, avec au moins l’espoir d’une bonne nouvelle concernant le pétrole, pour s’attendre à une hausse de taux en janvier ». 


Le Canada dispose en effet des 3e plus importantes réserves d’or noir de la planète, mais peine actuellement à exporter sa production, en raison de l’engorgement des oléoducs nord-américains, et pâtit de la faiblesse des cours avec un prix du baril de pétrole canadien inférieur à 20 dollars canadiens, bien en deçà des cours américains du WTI, le baril de référence.


« Les risques sont croissants et repoussent une hausse des taux plus tard en 2019 », estime ainsi Avery Shenfeld, économiste de la Banque CIBC.


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.