Les producteurs laitiers sous gestion de l’offre attendent encore

Publié le 24/11/2020 à 16:29

Les producteurs laitiers sous gestion de l’offre attendent encore

Publié le 24/11/2020 à 16:29

Par La Presse Canadienne

Les sommes attendues pour contrer l’effet de l’ACEUM sont encore à être négociées. (Photo: 123RF)

La ministre fédérale de l’Agriculture blâme la pandémie. L’opposition blâme le gouvernement. Les producteurs laitiers sous gestion de l’offre attendent toujours de voir l’argent promis pour compenser leurs pertes dues aux signatures de trois traités de libre-échange.

Mardi, le député bloquiste Yves Perron est sorti en point de presse avec l’Union des producteurs agricoles (UPA), puis s’est levé en Chambre, pour réclamer que la mise à jour économique publiée lundi annonce la suite des versements promis aux producteurs.

La ministre Marie-Claude Bibeau lui a répondu que son gouvernement respecte ses promesses, mais elle ne s’est pas engagée à verser les sommes réclamées aussi tôt que la semaine prochaine.

Les conservateurs aussi se sont mis de la partie, reprochant au gouvernement libéral de s’être contenté d’un seul versement, en début d’année, de 345 millions $, sans précision pour le reste des compensations promises.

Chez les producteurs, on fait remarquer que les sommes attendues pour contrer l’effet de l’ACEUM, le nouvel accord de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, sont encore à être négociées. Le 1,79 milliard $ annoncé pour huit ans et dont seulement 345 millions $ ont été payés en janvier ne couvre que les accords transpacifique et européen.

 

Sur le même sujet

Mexico freinera les exportations d'acier vers les États-Unis

05/11/2020 | AFP

Ce régime de surveillance des exportations vise à empêcher le transbordement de produits d'autres pays via le Mexique.

Pourquoi les É-U veulent-ils taxer l'aluminium canadien?

Les États−Unis menacent encore une fois de déclencher une nouvelle guerre tarifaire avec le Canada.

À la une

Lion livrera 60 autobus scolaires électriques à Autobus Séguin

Ce serait la plus importante commande du genre en Amérique du Nord selon l'entreprise.

Sur le banc des pénalités, Couche-Tard est bon marché

BLOGUE. Tous se demandent quelle autre filière Couche-Tard a choisie en tant qu’avenue de croissance complémentaire.

Le Conseil du patronat veut «éliminer les interventions de la santé publique»

Il demande plus de pouvoirs pour les employeurs dans un régime de santé et sécurité au travail jugé trop généreux.