Les deux tiers des ouvriers de la construction veulent travailler

Publié le 23/03/2020 à 12:15

Les deux tiers des ouvriers de la construction veulent travailler

Publié le 23/03/2020 à 12:15

Par La Presse Canadienne

(Photo: Paul Chiasson/ La Presse canadienne)

Les deux tiers des ouvriers de la construction souhaitent continuer à travailler malgré la pandémie de coronavirus. Ils ne veulent pas que les chantiers soient fermés, mais ils veulent travailler dans de meilleures conditions sanitaires.

C’est ce que soutient la CSD-Construction, en se basant sur une enquête maison qu’elle a réalisée auprès de ses 28 000 membres, par courriel et message texte, et à laquelle 6660 d’entre eux ont répondu.

Ce sont précisément 67 % qui ont répondu qu’ils voulaient continuer à travailler, mais dans des conditions sanitaires améliorées: possibilité de se laver les mains plus souvent, lingettes désinfectantes, nettoyage plus fréquent des toilettes, distance sécuritaire maintenue entre chacun, etc.

En entrevue lundi, le président de la CSD-Construction, Carl Dufour, rapporte qu’encore aujourd’hui, malgré les rappels à l’ordre des associations patronales de la construction et même du premier ministre François Legault, certains entrepreneurs sont négligents à ce chapitre et rendent ainsi leurs travailleurs vulnérables au coronavirus.

La CSD-Construction, qui est la 4e organisation syndicale en importance dans l’industrie, demande au ministre du Travail Jean Boulet d’imposer une amende de 50 000 $ à tout employeur récalcitrant et à lui faire perdre sa licence, en cas de récidive.

 

À la une

Bâtisseur d'une PME, si vous ne voulez pas partir, lisez cela

Il y a 27 minutes | Sylvie Huard

BLOGUE INVITÉ. Donner les rênes de l’entreprise familiale à la relève ne se fait pas en claquant des doigts.

COVID-19: de l'aide pour les start-ups!

08:00 | Jean-François Venne

DÉFI START-UP. Si les gouvernements n'avaient pas aidé les start-ups, nombreuses sont celles qui n'auraient pas survécu.

Voici comment vous inscrire au Défi Start-Up

10:50 | Les Affaires

Pour participer au Défi Start-Up, rien de moins compliqué.