Les consommateurs ont un rôle à jouer dans la mode durable, dit le PDG d'Aldo

Publié le 13/09/2021 à 16:18

Les consommateurs ont un rôle à jouer dans la mode durable, dit le PDG d'Aldo

Publié le 13/09/2021 à 16:18

Par La Presse Canadienne

Certains joueurs internationaux importent leurs souliers par avion, affirme David Bensadoun. (Photo: 123RF)

Les consommateurs ont leur rôle à jouer s’ils veulent que l’industrie de la mode améliore ses pratiques environnementales, plaide David Bensadoun, président-directeur général du Groupe Aldo.

Les clients regardent encore d’abord et avant tout le prix, déplore l’homme d’affaires lors d’un événement organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain pour la Semaine Mode de Montréal. «On voit que les clients magasinent pour le prix, le style et l’environnement, ça tombe dixième, onzième, douzième dans leurs priorités.»

Pourtant, l’industrie de la mode est reconnue comme un secteur polluant. L’industrie de la mode représente près de 10 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales et est responsable de près de 20 % des pertes d’eau potable, selon des données de l’Organisation des Nations unies (ONU).

Groupe Aldo veut améliorer les pratiques de l’industrie et se targue d’être carboneutre depuis 2018. «On est déçu que notre clientèle ne reconnaisse pas plus que nous sommes une compagnie qui prend une position forte dans la durabilité, précise-t-il en marge de l’événement. On aimerait qu’elle reconnaisse les efforts qu’on fait.»

Sophie Boulanger, présidente-directrice générale du fabricant de lunettes BonLook, abonde dans le même sens. L’intérêt des consommateurs pour les questions environnementales s’arrête lorsqu’il est question du prix des articles qu’ils achètent, constate-t-elle. «Ceci étant dit, je pense que les entreprises ont une responsabilité d’entreprise pour ça [développement durable]. C’est de voir comment réconcilier ça et offrir un produit qui est plus durable, mais de rester concurrentiel par rapport à la pression externe qu’on subit des joueurs internationaux.»

Certains joueurs internationaux importent leurs souliers par avion, affirme M. Bensadoun, qui n’a pas voulu les nommer directement. Or, cette pratique dans le milieu de la mode rapide est beaucoup plus polluante que le transport maritime.

 

Sur le même sujet

Le pôle de la finance durable québécois prend de l’expansion

Trente-huit organisations sont signataires de la Déclaration de la place financière québécoise pour une finance durable.

Des festivals, événements et attractions engagés pour la planète

21/04/2022 | Matthieu Hains

La transition écologique est au centre des préoccupations des gestionnaires touristiques, déclare l'ÉAQ.

À la une

Ce que les repreneurs pensent, mais ne disent jamais

Il y a 53 minutes | Sylvie Huard

BLOGUE INVITÉ. Tous les repreneurs me parlent de trois enjeux qu'ils n’osent jamais aborder avec les membres du clan.

L'innovation peut régler des problèmes de société, dit le ministre Fitzgibbon

Il y a 28 minutes | La Presse Canadienne

Le gouvernement alloue 2 milliards de dollars supplémentaires à la nouvelle mouture de la SQRI.

Et si l’empathie était le moteur de l’innovation?

BLOGUE INVITÉ. Si nous ne pouvons pas nous mettre dans la peau de l’autre, il est impossible d’innover.