Les banques centrales interviennent une fois de plus

Publié le 16/09/2008 à 00:00

Les banques centrales interviennent une fois de plus

Publié le 16/09/2008 à 00:00

Par La Presse Canadienne
Pour la seconde journée consécutive, les banques centrales ont injecté des liquidités pour essayer de calmer le jeu. La Banque centrale européenne a ainsi ajouté 70 milliards d'euros sur les marchés, après 30 milliards la veille. A Londres, la Banque d'Angleterre a injecté 20 milliards de livres sterling (25,2 milliards d'euros), soit quatre fois le montant de la veille. La Banque centrale du Japon avait elle injecté dans la matinée 2.500 milliards de yens (16,9 milliards d'euros).

La Fed avait prévu de débloquer 20 milliards de dollars (14 milliards d'euros) mardi. La décision d'injecter 50 milliards (35 milliards d'euros) supplémentaires est intervenue alors que le président de la banque centrale américaine Ben Bernanke et ses collègues devaient se réunir dans la journée pour faire le point sur leur politique de taux et les problèmes économiques et financiers des Etats-Unis.

Selon certains observateurs, les turbulences actuelles dans le système financier américain renforcent les chances d'une baisse des taux de la Fed. D'autres prédisent que la Réserve fédérale laissera son principal taux directeur inchangé à 2%.

Pour la deuxième journée consécutive, le séisme provoqué à Wall Street par la faillite de Lehman Brothers et le rachat de Merril Lynch a fait baisser mardi les bourses européennes et asiatiques, alors que les ennuis de l'assureur AIG laissent craindre que la crise financière ne s'étende encore.

Lundi, le gouverneur de New York David Paterson et les instances de régulation de l'Etat ont autorisé l'assureur américain à faire appel à ses filiales pour se refinancer. Le géant de l'assurance pourrait ainsi en tirer 20 milliards de dollars (14 milliards d'euros) pour se maintenir à flots, mais cela risque de ne pas être suffisant.

En Europe, l'indice CAC-40 a terminé en recul de 1,96% à 4.087,40 points à la bourse de Paris, tandis que le DAX 30 à Francfort cédait 1,63% à 5.965,17 points, et le FTSE-100 à Londres a terminé à 5.025,60 points en baisse de 3,43%.

A la bourse de New York, l'indice Dow Jones des valeurs industrielles était en baisse à l'ouverture, avant de remonter en début d'après-midi. La veille, le Dow Jones avait terminé la séance à 10.917,51 points, en baisse de 504,48 points, soit 4,42%, le plus fort recul en points en clôture de séance à Wall Street depuis les attentats du 11 septembre 2001.

En Asie, dont une partie des places financières étaient fermées la veille, la plupart des bourses ont chuté mardi. A Tokyo, l'indice Nikkei des valeurs japonaises a terminé en forte baisse de près de 5%, à 11.609,72 points, son niveau le plus bas à la clôture depuis juillet 2005, tandis qu'à Hong Kong, l'indice Hang Seng a perdu 5,4% pour atteindre son plus bas niveau en près de deux ans.

En Chine, l'indice composite de la bourse de Shanghaï a cédé 4,5%, à son plus bas niveau depuis près de deux ans, tandis que le fonds d'investissement Hua An Fund Management, l'un des plus importants du pays, avertissait d'ores et déjà d'un risque d'énormes pertes potentielles. Mais les places financières en Inde et Indonésie ont réussi à réaliser des gains.

À suivre dans cette section

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.