Le PDG de Total juge le débat sur le climat «trop manichéen»

Publié le 14/01/2020 à 09:28

Le PDG de Total juge le débat sur le climat «trop manichéen»

Publié le 14/01/2020 à 09:28

Par AFP

Le PDG de Total Patrick Pouyanné (Photo: Getty Images)

Le PDG de Total (FP) Patrick Pouyanné a regretté mardi un débat « trop manichéen », au moment où le secteur des hydrocarbures est sous pression pour agir contre le réchauffement climatique, estimant que la solution « prendra du temps ».

« Le débat est aujourd’hui quand même beaucoup trop manichéen, trop faussé », a déclaré Patrick Pouyanné lors d’une conférence organisée par Euronext à Paris.

« On pense qu’il y a un monde blanc et noir. Je comprends qu’il y a des jeunes qui ont envie qu’on agisse, mais c’est un sujet complexe », selon lui.

Il était interrogé sur le cas du joueur de tennis Roger Federer, critiqué par des militants de la cause environnementale, dont Greta Thunberg, pour ses liens avec un commanditaire — le Credit Suisse — qui favoriserait les investissements dans les énergies fossiles.

M. Pouyanné a reconnu l’existence d’une « pression » sur les groupes pétroliers et gaziers, tout en la jugeant « très occidentale, voire très européenne ».

« Les actionnaires… ce qu’ils veulent surtout s’assurer, c’est la durabilité de nos dividendes », a-t-il aussi jugé.

« Les énergies fossiles représentent 90 % du mix (bouquet, NDLR) énergétique mondial aujourd’hui. On ne va pas faire disparaître tout ça d’un coup de baguette magique » et « tout ça va prendre du temps », a aussi fait valoir le PDG de Total.

« Il faudrait que tout le monde retombe un peu sur Terre sur ce sujet énergétique. Je ne verrai pas de mon vivant un système énergétique à base que de renouvelables, il faudrait quand même qu’on arrête de rêver tous collectivement », a-t-il ajouté.

Total s’est largement diversifié dans le gaz naturel et investit dans l’électricité d’origine renouvelable, a-t-il rappelé.

« On est en train de réfléchir à voir si les prochaines émissions [obligataires] qu’on fera, on va les lier à un indicateur qui montrerait (…) comment nous contribuons par l’évolution de nos investissements à une trajectoire moins carbonée », a par ailleurs indiqué M. Pouyanné.

Il ne s’agirait pas d’obligations « vertes » (« parce qu’on va être accusés immédiatement de greenwashing ») mais d’obligations de « transition », a-t-il expliqué.

 


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Le changement climatique susceptible de déstabiliser le système financier

21/01/2020 | AFP

«Des événements climatiques extrêmes pourrait entraîner des pertes financières non-linéaires et irréversibles.»

GES : le Québec en voie de rater ses cibles en 2030

17/01/2020 | François Normand

On observe toujours plus de véhicules par 1000 habitants, sans parler d’une plus grande proportion de camions légers.

À la une

Bourse: Wall Street s'est resaisi au lendemain d'un recul

Mis à jour à 16:51 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Le nouveau virus chinois a fortement inquiété les marchés la veille.

Évitez la Chine à moins que cela ne soit «essentiel», dit le CPQ

Des solutions alternatives permettent de rester en contact à distance avec ses fournisseurs ou ses clients.

Les sociétés canadiennes commencent à ressentir l'impact du coronavirus

Elles annulent leurs voyages et voient la valeur de leurs actions glisser.