Le nouveau gouvernement de l'Alberta resserre les règles en matière de GES

Publié le 25/06/2015 à 15:07

Le nouveau gouvernement de l'Alberta resserre les règles en matière de GES

Publié le 25/06/2015 à 15:07

Par La Presse Canadienne

(Photo: Bloomberg)

Moins de deux mois après son élection, le gouvernement néo-démocrate de l'Alberta modifie les règles du jeu en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. 

Les grandes entreprises devront maintenant réduire de 20% d'ici 2017 leur volume d'émissions de gaz carbonique, pour un volume égal de production de biens. Elles devront aussi payer 30$ pour chaque tonne de CO2 qui dépassera ce plafond d'émissions.

La ministre de l'Environnement, Shannon Phillips, a soutenu jeudi qu'il s'agit là de pas significatifs vers l'élaboration d'une nouvelle stratégie de lutte contre les changements climatiques en Alberta, même si certains trouveront que le gouvernement néo-démocrate n'en fait pas assez. 

Et à ceux qui estimeront que le gouvernement va trop loin et trop vite, la ministre explique que le statu quo serait le pire scénario pour le secteur énergétique et l'avenir de la province. 

Les néo-démocrates de Rachel Notley ont été portés au pouvoir le 5 mai après 44 ans de gouvernements progressistes-conservateurs. Les observateurs et les écologistes attendaient avec beaucoup d'intérêt les premiers gestes de ce gouvernement en matière d'environnement.

Les émissions totales de l'Alberta devraient quand même augmenter au cours des deux prochaines années, selon les estimations.

À la une

Le solaire photovoltaïque aussi concurrentiel qu’Hydro-Québec d’ici 2030

Le centre Nergica publie ce jeudi une étude sur le potentiel de l'énergie solaire photovoltaïque au Québec.

Volte-face de Tesla sur les paiements en bitcoin

Il y a 18 minutes | AFP

Elon Musk a affirmé que Tesla n'accepte plus le bitcoin pour des raisons environnementales.

Abolition de poste: encaisser le coup pour mieux rebondir

BLOGUE INVITÉ. Entrevue avec Patrice Lavoie, directeur des affaires publiques de Loto-Québec, dont le poste a été aboli.