Le moral des propriétaires de PME connaît une rechute!

Publié le 27/08/2020 à 10:10

Le moral des propriétaires de PME connaît une rechute!

Publié le 27/08/2020 à 10:10

Par Olivier Schmouker

Les propriétaires québécois sont particulièrement touchés... (Photo: Bram Naus pour Unsplash)

Au Canada, le moral des propriétaires de PME connaît une rechute au mois d’août, selon les données du Baromètre des affaires de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). Il est en effet en recul de 2 points sur une période de 12 mois (donc, par rapport à août 2019), à 59,2 points. Pis, si l’on considère la période de 3 mois (donc, par rapport au mois de juin), l'indice n’est que de 40,9 points. Des chiffres qui indiquent clairement que les propriétaires de PME n’ont plus le moral, l’économie fonctionnant «normalement» lorsque l’indice tourne autour de 65 points...

Ce n’est pas tout. Il se trouve que c’est au Québec que la situation est la pire. Alors que l’indice est de 59,2 points dans l’ensemble du Canada, il n’est que de 43,9 points chez nous. Un écart considérable, de 15,3 points. C’est bien simple, le moral est à terre au Québec comparativement aux autres provinces canadiennes, et «cela dure depuis maintenant des mois», souligne le rapport de la FCEI.

Par ailleurs, il est à noter que tous les secteurs d’activités ne sont pas touchés de la même manière, à l’échelle du Canada. Ainsi, les secteurs des ressources naturelles (46 points) et de l’agriculture (52,6 points) occupent encore une fois les dernières places du classement, terminant juste derrière les services personnels (53,2 points). À l’autre extrémité, les secteurs les plus performants sont le commerce de gros (64,3 points) et les transports (62,7 points).

«La crise sans précédent que nous vivons aujourd’hui a bouleversé l’idée que les propriétaires de PME ont d’une bonne performance. Pour bon nombre d’entre eux, la réussite, ça revient juste à survivre, d’être toujours là dans 12 mois», dit François Vincent, vice-président, Québec, de la FCEI.

Ce pessimisme prédominant a un impact direct sur l’emploi. Ainsi, seulement 13% des propriétaires de PME entendent embaucher d’ici les trois prochains mois; et le double, de sabrer dans leurs effectifs à temps plein. C’est que, pour le dire crûment, 26% des propriétaires de PME estiment tout bonnement que leur entreprise est en mauvaise posture, et n’ont donc pas vraiment d’idée de ce que sera demain…

Résultat? Les PME du Québec sont loin de tourner à plein régime. Le taux actuel d’utilisation des capacités est de seulement 70%, et n’a guère changé par rapport à juillet. Un taux qui «demeure faible», surtout dans certains pans de l’économie: «Le secteur des arts et loisirs et celui de l’hébergement et de la restauration tournent toujours à moins de 50% de leur capacité, alors qu’à l’autre extrémité ce taux s’élève à près de 80% dans les secteurs de la finance et de l’agriculture», note l’étude.

PLUS: «Employeurs, devinez ce qui freine vraiment la reprise de vos activités!»

 


image

Service à la clientèle

Mercredi 25 novembre


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

Sur le même sujet

À la une

Slack dans le viseur de la société américaine Salesforce

13:33 | AFP

L’action de Slack, entrée à Wall Street en juin 2019, a pris jusqu’à 32 % après la publication de cette information.

Retraite: plus de transparence demandée par des gestionnaires de fonds

Il y a 58 minutes | La Presse Canadienne

Huit fonds exhortent les entreprises à divulguer des données environnementales, sociales et de gouvernance complètes.

Joe Biden pourrait renoncer à hausser l’impôt des entreprises

En campagne électorale, Joe Biden a promis de faire passer le taux d’imposition des sociétés américaines de 21% à 28%.