Le marché du carbone double, atteint 64 milliards de dollars

Publié le 07/05/2008 à 14:05

Le marché du carbone double, atteint 64 milliards de dollars

Publié le 07/05/2008 à 14:05

Par lesaffaires.com
La croissance du marché mondial des crédits de carbone a continué de plus belle en 2007, et l'Europe demeure le moteur derrière cette impulsion. Le marché mondial du carbone a doublé entre 2006 et 2007, pour atteindre 64 milliards de dollars américains. Les transactions enregistrées en 2005 étaient évaluées à environ 10 milliards US$. 78 % des 64 milliards de dollars qui ont changé de main l'an dernier dans le cadre de transactions sur les différentes bourses du carbone l'ont été sur le vieux continent, rapporte l'étude annuelle de la Banque mondiale sur le marché du carbone publiée aujourd'hui. Cette somme a permis d'échanger 2000 millions de tonnes (mégatonnes) d'équivalent CO2. Évidemment, un quota peut changer plusieurs fois de mains. Le volume de transactions devrait augmenter de manière importante au cours des prochaines années, alors que 12 000 installations industrielles partout en Europe devront respecter des engagements de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES). En effet, Bruxelles a resserré les allocations de crédits l'an dernier, ce qui devrait se traduire par une augmentation de la demande pour les crédits européens sur l'une des treize bourses en Europe. Le MDP évolue Outre le marché réglementé européen, les projets encadrés par le Mécanisme pour un développement propre (MDP) du Protocole de Kyoto ont à peine augmenté. Le volume de réduction impliqué est passé de 537 à 551 mégatonnes entre 2006 et 2007. Cette stagnation est surtout attribuable au fait que le Secrétariat du Protocole de Kyoto n'a simplement pas les ressources nécessaires afin de traiter un plus grand nombre de projets. Plus de 2000 des 3000 projets soumis au Secrétariat n'ont toujours pas été traités, selon la Banque mondiale. Les transactions secondaires des crédits MDP (appelés CER) ont toutefois augmenté de manière importante, bondissant de 25 à 240 mégatonnes. Ces transactions font référence à la vente spéculative des crédits CER. Autrement dit, un projet MDP est souvent financé par une organisation ou une entreprise X, qui peut ensuite utiliser ces crédits pour respecter des engagements réglementaires ou les vendre. Plusieurs firmes achètent des crédits CER pour ensuite les revendre à profit. La Chine a par ailleurs augmenté sa domination en tant que premier pays fournisseur de crédits dans le cadre du MDP. Ce pays était responsable de 73 % des crédits CER livrés l'an dernier, cette proportion étant de 61 % en 2006. Fait intéressant, la nature des projets rendus possibles par le MDP s'est toutefois diversifiée. Plus du tiers du volume de crédits CER livrés en 2006 découlait de l'élimination du GES industriel HFC, presque toujours en Chine, ce que plusieurs analystes dénonçaient. Ils soulignaient notamment que c'était le secteur industriel chinois, et le gouvernement de ce pays, qui profitait le plus d'un mécanisme qui a pour but d'aider les pays en développement à accéder à de nouvelles technologies, tout en fournissant des crédits abordables aux entreprises et gouvernements occidentaux. L'an dernier, la proportion des projets HFC est passée de 34 à 8 %, et c'est maintenant les projets d'efficacité énergétique qui tiennent le haut du pavé, avec 40 %. Les projets d'énergie renouvelable, surtout l'hydroélectricité, l'éolien et la biomasse, représentent pour leur part 24 % du volume des crédits CER livrés en 2007, comparativement à 14 % en 2006. Pour aller plus loin : http://carbonfinance.org/Router.cfm?Page=DocLib&CatalogID=40347 Banque mondiale: State and Trends of the Carbon Market 2008

À la une

Le Québec Inc. sous-estime le potentiel de l’Italie

Le nouveau président de la Chambre de commerce italienne au Canada veut «approfondir» la relation Québec-Italie.

Rentables, les fonds de travailleurs?

EXPERT INVITÉ. Les fonds de travailleurs représentent assurément une option pertinente, voici pourquoi:

Canada: les villes veulent 7 G$ pour des logements abordables

Les maires de villes au Québec espèrent, du même coup, plus de flexibilité dans le processus.