Le crédit à la consommation repart en hausse aux É-U

Publié le 07/11/2011 à 15:11

Le crédit à la consommation repart en hausse aux É-U

Publié le 07/11/2011 à 15:11

Par AFP

Le crédit à la consommation est reparti à la hausse aux États-Unis en septembre, reprenant la tendance qui est la sienne depuis un an, selon des chiffres publiés lundi par la banque centrale (Fed).

En données corrigées des variations saisonnières, l'encours de ces crédits a progressé de 3,6% en rythme annuel par rapport au mois précédent, a indiqué la Réserve fédérale, soit plus que ne le prévoyaient les analystes.

En août, cet encours avait baissé, mettant fin à une série de dix mois consécutifs de hausse.

L'évolution est contrastée entre les crédits renouvelables (emprunts par carte de crédit pour l'essentiel), en baisse lors des trois derniers mois, et les crédits non renouvelables (crédits auto et prêts étudiants principalement), en hausse tous les mois depuis août 2010, à l'exception d'août 2011.

Les ménages américains tâchent de limiter leur recours à la carte de crédit depuis l'automne 2008, selon les données de la Fed. Leur dette par crédit renouvelable a chuté de près de 19% en trois ans, alors que le niveau de leurs crédits non renouvelables a augmenté sur la même période.


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

10 choses à savoir vendredi

Il y a 34 minutes | Alain McKenna

Bombardier a frappé dans le mille, ce titre boursier séduit plus que Tesla, une auto neuve par jour à 700$/mois.

«Je possède 41 300 actions de Bombardier, que faire?»

BALADO. Les actionnaires sont nombreux à se demander quoi faire avec leurs actions de Bombardier. Voici une réponse.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

06:49 | LesAffaires.com et AFP

«Attention au risque d'un réveil brutal des marchés, assez complaisants ces derniers jours.»