Le cargo maritime se prépare à affronter une tempête

Publié le 04/12/2018 à 12:01

Le cargo maritime se prépare à affronter une tempête

Publié le 04/12/2018 à 12:01

Par François Normand
Un bateau naviguant sur l'eau

Un cargo naviguant en mer Méditerranée (source photo: Getty Images)

Une tempête se lève à l'horizon pour le cargo maritime: la nouvelle réglementation de l’Organisation maritime internationale (OMI) pour réduire les émissions de soufre des cargos fera bondir les tarifs de transport ainsi que les prix des entreprises et des consommateurs dans le monde d’ici la fin de 2019.

Voilà l’une des prévisions que fait la firme américaine A.T. Kearney dans son Year-Ahead Predictions 2019, un exercice annuel qui analyse divers enjeux (politiques, technologiques, réglementaires, etc.) pouvant avoir un impact sur les entreprises.

Publié ce mardi, le rapport souligne que cette nouvelle réglementation entrera en vigueur le 1er janvier 2020. Elle fait partie des efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) du cargo maritime de 50% d’ici 2050 par rapport à leurs niveaux de 2008.

Concrètement, l’institution des Nations Unies interdira aux cargos qui transportent des marchandises, des denrées ou des ressources naturelles d’utiliser un carburant qui contient 0,5% ou plus de soufre, comme on peut le voir sur ce graphique.

Les navires peuvent bien entendu utiliser une technologie pour réduire leurs émissions (des «scrubbers», comme on dit dans l’industrie). Par contre, ces équipements coûtent de 1 à 10 millions de dollars américains par bateau.

C’est pourquoi seulement 3% de la flotte mondiale de cargos à fait cet investissement, affirme A.T. Kearney.

La firme américaine s’attend d’ailleurs à une transition «désordonnée» et «perturbatrice» en 2019 dans l’industrie, étant donné le faible niveau de préparation des transporteurs. Et selon A.T. Kearney, les conséquences vont bien au-delà de l’industrie.

Dans les prochains mois, on doit s’attendre à une plus grande volatilité des prix pour une variété de carburants comprenant moins de soufre tels que le bunker.

Globalement, les propriétaires de bateaux ont estimé que cette situation pourrait faire bondir de 60 milliards de dollars américains leur facture énergétique.

Certains pétroliers pourraient voir bondir leurs coûts de transport de 25%, ce qui se traduirait «par des prix du pétrole et de l’essence plus élevés pour les consommateurs», peut-on lire noir sur blanc dans le rapport d’A.T. Kearney.

 

 

 

 


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

Sur le même sujet

Suspension des importations de porc en Chine: Banque Nationale fléchit

La Banque Nationale s'incline un peu plus que ses rivales parce que 45% du porc canadien est produit au Québec.

Un exportateur québécois renonce au marché américain

Édition du 15 Juin 2019 | François Normand

Club Tissus jette l'éponge par rapport aux États-Unis. Les nouvelles règles du libre-échange visant le commerce de ...

À la une

Suspension des importations de porc en Chine: Banque Nationale fléchit

La Banque Nationale s'incline un peu plus que ses rivales parce que 45% du porc canadien est produit au Québec.

Porc québécois en Chine: Legault n'exclut rien

Mis à jour il y a 14 minutes | La Presse Canadienne

Le premier ministre a menacé d'imposer des représailles commerciales, mais Pierre Fitzgibbon a été plus prudent.

Porc: le Canada enquête sur des faux certificats d'exportation vers la Chine

13:00 | AFP

« Nous cherchons à savoir pourquoi c’est arrivé, à qui cela profite», explique le ministre Carr.