Labrie, de Lévis, achetée par une entreprise californienne

Publié le 02/02/2012 à 14:24, mis à jour le 02/02/2012 à 19:30

Labrie, de Lévis, achetée par une entreprise californienne

Publié le 02/02/2012 à 14:24, mis à jour le 02/02/2012 à 19:30

Par François Normand

Groupe environnental Labrie, un fabricant de camions pour la collecte de déchets conventionnels et de déchets de recyclage de Lévis, vient de passer sous contrôle de l'entreprise californienne Myers Power Products inc, comme l’annonçait en primeur plus tôt aujourd’hui lesaffaires.com.


En fait, c'est Labrie Enviroquip Group, une filiale propriété exclusive de Myers, qui a fait l’acquisition de Labrie. Myers est un manufacturier de matériel électrique à basse et moyenne tension, comme des convertisseurs d’éclairage et des systèmes de batteries de secours à haut débit.


En 2011, une division de Myers, Enviroquip, avait acheté Pendpac, un fabricant de chargeuses (un bras mécanique) pour les camions de déchets et de cueillette sélective. Ses produits étaient complémentaires avec ceux de Labrie.


Dans un communiqué publié en fin de journée jeudi, Labrie Enviroquip Group a précisé que Myers continuera de fabriquer les produits de Labrie, à Lévis, et ceux de Pendpac, au Mexique. Myers a aussi une usine en Ohio qui collaborera avec ces deux usines.


En 2011, Labrie avait conclu un «partenariat» avec Enviroquip afin d’accroître sa présence sur le marché sur le marché américain. La transaction annoncée aujourd’hui permet à Myers de contrôler l’entreprise de Lévis.


Le fondateur de Labrie, Claude Boivin, sera président du conseil d’administration de Labrie Enviroquip Group. Pour sa part, Brian Wadsworth devient directeur de l’exploitation de Labrie Enviroquip Group, dont le siège social et l'ingénierie seront basés à Lévis.


Avant cette transaction, Labrie avait un chiffre d’affaires de 50 à 100 M$, selon le site icriq.com (le répertoire des entreprises manufacturières du Québec).


Fondée en 1971, Labrie vend ses produits au Canada et aux États-Unis. Elle a aussi un centre de pièces et de service à la clientèle à Oshkosh, au Wisconsin.


En 2006, le Fonds de solidarité de la FTQ a investi 10,5 M$ de dollars dans Labrie, dans laquelle est détenait une participation minoritaire. L’organisme a liquidé ses parts dans l’entreprise en novembre 2011.


«Nous avons fait une bonne affaire», affirme le porte-parole du fonds, Patrick McQuilken.


 


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Les jeunes ont vraiment compris le risque climatique

16/03/2019 | François Normand

ANALYSE - Nous devons réduire de 45% les émissions de GES d'ici 2030 pour éviter un emballement du climat.

Le Green New Deal est très ambitieux, mais est-il réaliste?

25/02/2019 | François Normand

BALADO - Comme le New Deal du président Roosevelt dans les années 1930, le GND transformerait la société américaine.

À la une

CDPQ: un nouveau fonds d'investissement pour le secteur de l'IA

Il servira à propulser des entreprises qui développent ou commercialisent des produits qui touchent ce secteur.

Défi Start-up 7: Biotifull poursuit son chemin

ENTREVUE. La start-up Biotifull a parcouru beaucoup de chemin depuis la 2e édition du Défi Start-up 7.

Défi Start-up 7: pourquoi intégrer un espace de co-travail?

ENTREVUE. Pourquoi les entrepreneurs devraient-ils considérer l'option d'intégrer un espace de co-travail?