La salade plus belle grâce au laser

Publié le 26/03/2011 à 00:00, mis à jour le 12/04/2011 à 12:10

La salade plus belle grâce au laser

Publié le 26/03/2011 à 00:00, mis à jour le 12/04/2011 à 12:10

À première vue, rien ne distingue une salade d'une autre, ou un légume d'un autre, mais le monde de SaladExpress n'échappe pas aux dures lois de la concurrence.


Afin d'y faire face et d'augmenter ses parts de marché, le président-directeur général de la PME applique une recette universelle : la recherche de l'innovation et de nouveaux produits.


L'usine a ainsi intégré une nouvelle machine laser qui repère et élimine les feuilles de salade présentant des anomalies. " Toutes les feuilles de salade se déplacent sur un convoyeur. Une caméra détecte celles qui ont des meurtrissures ou des taches brunes. La machine les éjecte automatiquement ", explique le gestionnaire.


La machine réagit également selon la densité des feuilles. " Les coeurs de salade et les pieds de romaine sont rejetés et ne se retrouvent donc pas dans les produits emballés. "


L'arrivée de cet équipement a permis d'accroître la productivité de la ligne de salades précoupées d'environ 5 %, selon M. Latendresse. En outre, la qualité du produit final s'en est trouvée améliorée. " Le produit est plus beau et sa durée de vie est plus longue ", dit le pdg.


Acheter avec les yeux


Et puisqu'on achète d'abord avec nos yeux, SaladExpress vient de trouver un moyen de rendre plus attrayants ses mélanges de légumes pour soupe ou sauce à spaghetti. " Quand on prend ces sacs de légumes, on voit que des miettes restent collées au fond, ce qui les rend visuellement moins attirants. Dorénavant, tous ces mélanges de légumes passeront dans un cribleur afin d'éliminer les petits morceaux ".


Toutes les propositions de changements, petits ou gros, sont systématiquement recueillies et étudiées. " Une liste d'une soixantaine de changements possibles est actuellement sur la table ", assure-t-il. Elles proviennent des dirigeants et des 170 employés de l'usine, de représentants et de ses clients, des chaînes alimentaires et des chaînes de restauration rapide.


Ces innovations ont permis à SaladExpress de réaliser une percée dans le secteur du fast food. " La plupart des salades de choux et autres de ces restaurants ont été traitées chez nous, à Saint-Rémi ", dit Mario Latendresse.


Les grands distributeurs vendent eux aussi ses salades ensachées et prêtes à manger dans leurs supermarchés. De plus, des fabricants de produits alimentaires s'y approvisionnent. Au total, l'usine transforme 14 000 tonnes de légumes par année.


En poste depuis juin, M. Latendresse a oeuvré à l'implantation d'un protocole de développement de produits. " Un comité spécialisé dans les nouveaux produits a été mis sur pied. De plus, du temps d'usine est maintenant consacré aux nouveaux produits, par exemple à des périodesde tests. " En outre, une personne a été embauchée afin de veiller au développement de produits.


Des rencontres entre responsables d'usine ont aussi lieu tous les jours afin d'améliorer les procédés de production. La plupart du temps, les changements qui en résultent sont microscopiques, mais parfois, ils sont de taille.

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

La lutte contre le gaspillage alimentaire continue

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

Au Canada, 35,5 millions de tonnes d'aliments prennent le chemin de la poubelle chaque année.

Les marchés de proximité : une occasion à saisir

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

La clientèle la plus naturelle de ces formules est déjà convaincue. Il faut séduire des gens à l'extérieur de ce cercle.

OPINION «Blockchain», l'avenir de la traçabilité alimentaire?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
Nouveau Guide alimentaire: quels impacts pour les producteurs?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
L'industrie agricole et agroalimentaire doit-elle s'inquiéter des tensions avec la Chine?
Édition du 06 Avril 2019 | Kévin Deniau

À la une

Énergies fossiles: prudence avec les «actifs échoués»

BALADO - La Banque du Canada met en garde les investisseurs dans sa dernière Revue du système financier - 2019.

À quoi tient notre avenir? À la beauté!

CHRONIQUE. La preuve par l'exemple avec le designer Daan Roosegaarde, de passage à C2 Montréal...

C2 Montréal: le chef Marcus Samuelsson parle de santé mentale

BLOGUE. À 23 ans, il fut le plus jeune chef couronné de 3 étoiles. Il vient d'ouvrir son premier restaurant à Montréal.