La reprise tarde à venir pour les PME québécoises

Publié le 02/12/2009 à 10:12

La reprise tarde à venir pour les PME québécoises

Publié le 02/12/2009 à 10:12

L'optimisme est en hausse chez les petits entrepreneurs canadiens. Photo: Bloomberg.

Deux facteurs, les coûts de l’énergie et les charges sociales, freinent la relance au Québec, affirme la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante qui se base sur les résultats de son dernier coup de sonde.

«Même si l'optimisme des petites et moyennes entreprises (PME) du Québec est remonté légèrement au mois de novembre, on constate une détérioration de certaines conditions qui retarde la relance économique des entreprises d'ici», explique Audrey Azoulay, analyste principale des politiques au Québec, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.

Mme Azoulay indique que les coûts de l'énergie sont une préoccupation majeure des PME du Québec, alors que 61 % des propriétaires de PME considèrent qu'elles nuisent à leurs entreprises, comparativement à 56 % le mois dernier.

Les pressions ressenties par les dirigeants de PME par les charges sociales, comme les taxes sur la masse salariale, ressortent fortement au mois de novembre, passant de 49 % en novembre à 61 % au mois de décembre.

«Il est plus que temps que l'on s'attaque à la lourdeur de ces taxes, qui nuisent non seulement à la compétitivité fiscale des entrepreneurs d'ici mais qui portent un sérieux ombrage au climat des affaires au Québec», commente Mme Azoulay.

Optimisme en hausse au Canada

À l’échelle canadienne, l'optimisme des petites et moyennes entreprises (PME) est remonté au mois de novembre, resserrant ainsi le léger écart entre les niveaux de septembre et d'octobre, ce qui laisse penser que l'économie canadienne reprend du souffle, quoiqu'à un rythme lent.

Lucie Charron, économiste principale de la FCEI, explique que les tendances de forces et de faiblesses relatives sont restées assez cohérentes à l'échelle des régions et des industries : «Les entrepreneurs des secteurs de la finance, des services aux entreprises et du commerce de détail sont plus optimistes que la moyenne, tandis que ceux des secteurs des transports, de l'agriculture et de l'hébergement continuent d'avoir des attentes nettement moins favorables.»

>>> Les résultats, ventilés par province et par industrie, ainsi que le rapport intégral sont disponibles au lien suivant : www.cfib-fcei.ca/francais/recherche.html

À la une

Les vendredis au bureau sont-ils morts?

Il y a 9 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «J'aimerais télétravailler les vendredis. Mais j'ai peur que les patrons prennent ça pour un caprice.»

Bourse: l'immobilier résidentiel américain reste attrayant

Il y a 9 minutes | Denis Lalonde

BALADO. L'immobilier résidentiel américain recèle un bon potentiel de croissance à long terme, dit François Rochon.

Immobilier: la correction historique aura-t-elle lieu?

17/08/2022 | Jean Sasseville

BLOGUE INVITÉ. En tant que courtier immobilier, j’observe de la surenchère, mais le nombre de cas est en diminution.