La pandémie crée des remous dans les Hautes-Laurentides

Publié le 25/09/2020 à 08:47

La pandémie crée des remous dans les Hautes-Laurentides

Publié le 25/09/2020 à 08:47

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Au cours des derniers mois, l’arrêt forcé et le confinement liés à la pandémie ont favorisé la réflexion de nombreux travailleurs insatisfaits de leur emploi. Les centres-conseils en emploi financés par Services Québec sont plus occupés que jamais et leur clientèle a changé depuis la pandémie.

Dans les Hautes-Laurentides, on constate une recrudescence pour des services de réorientation professionnelle; surtout dans les secteurs les plus en difficulté face à la crise sanitaire, comme ceux de l’hôtellerie et de la restauration.

« Certains secteurs comme le paysagement ou l’installation de piscines creusées ont eu le vent dans les voiles cet été, mais actuellement, nous conseillons beaucoup d’employés en restauration ou en commerce de détail. Les gens sont inquiets, mentionne Barbara Fillion, directrice adjointe Centre d’intégration en emploi Laurentides (CIE). À Saint-Jérôme, le profil des gens est différent. On met à jour des CV pour des professionnels qui œuvrent, par exemple, au niveau de la production. Des gens qui ont subi des mises à pied dans des secteurs comme l’aéronautique ».

Parfois, il s’agit d’un nouveau projet de vie qui demande un retour aux études pour une période d’un à trois ans et des sacrifices financiers, mais parfois il suffit de dresser un bilan des compétences pour réaliser qu’on peut les transférer dans un autre métier. Madame Fillion donne l’exemple d’une employée de la restauration qui aurait développé des compétences pointues dans le service à la clientèle et qui pourrait devenir un atout dans un travail plus administratif en centre d’appels. Deuxième exemple, un employé de commerce de détail qui s’orienterait vers une industrie plus florissante comme dans le commerce électronique.

Avant la pandémie, le taux de chômage dans les Laurentides était parmi les plus bas au Québec, mais même si le taux de chômage a augmenté, les entreprises éprouvent toujours beaucoup de difficultés à trouver des employés.

« Mon téléphone sonne deux fois plus qu’avant la pandémie, même si le taux de chômage est plus élevé. La PCU a eu un impact, on le voit dans notre clientèle d’affaires. C’est fou, on entend de réels cris du cœur de la part des PME! La pandémie rend la situation familiale tellement difficile qu’il arrive qu’un parent ou un aidant naturel choisisse de ne pas retourner travailler. Le bassin de main-d’œuvre se rétrécit », affirme Mme Fillion.

Pour ces employeurs, le CIE Laurentides offre des services-conseils payants et personnalisés en ressources humaines via sa division RH Boulevard. Bon an mal an, le CIE soutient une centaine d’entreprises dans leur processus de dotation : attraction et acquisition de talents, outils psycho-métriques, gestion de la diversité culturelle, rémunération globale, accompagnement au licenciement et à la réaffectation.

Le CIE Laurentides a aussi le mandat d’accompagner la recherche et le maintien en emploi des nouveaux arrivants. Les employeurs peuvent donc contacter gratuitement l’organisme afin de pourvoir leurs postes vacants.

 

Sur le même sujet

Québec met le cap sur la requalification des chômeurs de la pandémie

Le gouvernement injecte 91 M$ d'ici deux ans dans des programmes de formation de main-d'oeuvre.

Des Canadiens profitent de la pandémie pour se réorienter

Environ le quart des Canadiens ont changé d'emploi ou de carrière depuis le début de la pandémie de COVID-19.

À la une

Voici le jury de la 6e édition du Défi Start-up Les Affaires

06/05/2021 | lesaffaires.com

DÉFI START-UP. Serge Beauchemin, Anne Marcotte, Éric Labelle et Marine Thomas sont les membres du jury cette année.

Défi Start-up: les éléments d'un bon «elevator pitch»

06/05/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Comment faire bonne impression auprès d'investisseurs potentiels en moins de 2 minutes? Anne Marcotte explique.

Inscrivez-vous au Défi Start-Up!

30/04/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires est à la recherche de la start-up qui va révolutionner le futur. Ça pourrait être la vôtre!