La pandémie a ralenti la pollution de l'air dans les grandes villes canadiennes

Publié le 21/05/2020 à 16:32

La pandémie a ralenti la pollution de l'air dans les grandes villes canadiennes

Publié le 21/05/2020 à 16:32

Par La Presse Canadienne

(Photo: Nathan Denette/ La Presse canadienne)

Des chercheurs d’Environnement Canada constatent que l’air est plus pur au-dessus de nombreuses villes canadiennes depuis le ralentissement économique causé par la COVID-19.

Chris McLinden et Debora Griffin affirment que les capteurs satellites à distance ont enregistré des baisses significatives de la pollution par le dioxyde d’azote, un gaz qui plane au-dessus de nombreuses grandes villes comme Toronto, Montréal et Edmonton.

M. McLinden rappelle qu’en moyenne, les grandes villes du Canada ont vu la pollution de l’air baisser d’environ un tiers depuis le début de la pandémie.

L’an dernier, Santé Canada estimait que plus de 14 000 Canadiens mouraient prématurément chaque année à cause de la pollution atmosphérique.

Miriam Diamond, professeure de sciences de la terre à l’Université de Toronto, affirme que même une baisse temporaire de la pollution de l’air peut avoir un impact positif sur la santé publique, en particulier lors d’une pandémie, alors que les personnes souffrant de maladies respiratoires préexistantes se sentiront mieux simplement en respirant un air plus pur.

Chris McLinden ajoute que les données que lui et sa collègue Griffin colligent actuellement participent d’une expérience unique, qui va aider à améliorer la modélisation sur l’origine de la pollution atmosphérique et apporter de meilleures solutions pour la réduire à long terme.

 

À la une

Conflit du bois d’œuvre: le prix des maisons fera-t-il plier Biden?

15/01/2022 | François Normand

ANALYSE. Les démocrates sont en difficulté, tandis que la grogne monte contre la hausse du prix du bois et des maisons.

«J'manque de bras!» Attendez avant de vider votre portefeuille!

14/01/2022 | Catherine Charron

Votre PME peut tirer son épingle du jeu, même dans un contexte de pénurie de main-d'oeuvre. Voici comment.

Forte demande de bureaux en sous-location à Montréal

14/01/2022 | Charles Poulin

Premier trimestre d'absorption nette positive au pays en immobilier commercial