La lutte pour le contrôle de Rogers se transporte devant la cour

Publié le 01/11/2021 à 15:30

La lutte pour le contrôle de Rogers se transporte devant la cour

Publié le 01/11/2021 à 15:30

Par La Presse Canadienne

Le fils du regretté fondateur de Rogers, Ted Rogers, affirme qu’il a le pouvoir de licencier et de nommer des membres du conseil d’administration. (Photo: La Presse Canadienne)

La bataille pour le contrôle de Rogers Communications s’est déplacée de la salle du conseil d’administration à une salle d’audience en Colombie-Britannique, où la société torontoise est constituée.

L’audience devant la juge Shelley Fitzpatrick de la Cour suprême de la Colombie-Britannique est le résultat d’une requête déposée la semaine dernière par Edward Rogers, dans laquelle il a demandé au tribunal de déclarer légitime un conseil d’administration qu’il a formé après avoir été évincé de son poste de président, le mois dernier.

Le fils du regretté fondateur de Rogers, Ted Rogers, affirme qu’il a le pouvoir de licencier et de nommer des membres du conseil d’administration parce qu’il est président de la fiducie de contrôle de Rogers, qui détient 97% des actions de catégorie A avec droit de vote de l’entreprise.

Sa mère Loretta Rogers, ses sœurs Melinda Rogers-Hixon et Martha Rogers et d’autres associés estiment que le conseil d’administration d’Edward Rogers est illégitime et que le seul conseil valide est celui qui existait avant les changements.

Aujourd’hui, chacune des deux factions prétend avoir le contrôle du géant des télécommunications et l’affaire oppose publiquement les membres de la famille Rogers les uns contre les autres.

Loretta Rogers a affirmé dans un affidavit déposé vendredi que la décision d’évincer son fils en tant que président du conseil d’administration avait été extrêmement difficile pour elle et d’autres membres de la famille, après avoir essayé de travailler avec lui pendant des semaines.

Sur le même sujet

CN: proposé par TCI Fund Management, Jim Vena n’est plus candidat

Jim Vena aurait informé le conseil d’administration qu’il ne briguait plus le poste et qu’il se retirait du processus.

Une équipe synergique, l’ingrédient secret

Édition du 10 Novembre 2021 | Isabelle Delorme

PHILANTHROPIE. Pour effectuer une transformation d’ampleur dans un OBNL, une bonne gouvernance est clé.

À la une

Bourse: Wall Street termine en baisse, manque encore le rebond

Mis à jour à 17:07 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le rouge.

À surveiller: Microsoft, Rogers et ExxonMobil

Que faire avec les titres de Microsoft, Rogers Communications et ExxonMobil? Voici quelques recommandations d’analystes.

Guru sacrifie la rentabilité à court terme pour mousser sa marque

L’entreprise montréalaise a l’intention de continuer à «investir dans la marque», a expliqué le PDG Carl Goyette.