La grande majorité des économistes québécois sont optimistes

Publié le 15/07/2010 à 18:09

La grande majorité des économistes québécois sont optimistes

Publié le 15/07/2010 à 18:09

L’économie québécoise continuera sur sa lancée, selon la vaste majorité des économistes consultés lors du récent sondage trimestriel mené par Léger Marketing auprès des membres de l’Association des économistes québécois (ASDEQ).

En effet, 60% des économistes interrogés estiment que la situation économique du Québec se maintiendra au cours des six prochains mois, et 32% d’entre eux croient même à une amélioration durant cette période, alors que seulement 7% pensent qu’elle va se détériorer.

En mars dernier, 45% des économistes sondés estimaient que la situation économique s’améliorerait au Québec. Cette proportion a donc chuté de 13 points au cours des derniers mois. Toutefois, une plus large part des économistes consultés est confiante que la situation économique se maintiendra au cours des six prochains mois, passant de 51% en mars 2010 à 60% en juillet 2010.

Les membres de l’ APDEQ appuient en très grande majorité les principales mesures adoptées lors du budget provincial 2010-2011. Seule la contribution générale pour la santé de 25 $ en 2010, atteignant 200 $ en 2012 , divise les économistes : 54% l’appuient alors que 46% y sont opposés.

La faiblesse de la productivité au Québec est préoccupante

 Par ailleurs, la vaste majorité des économistes interrogés (87%) dans ce sondage est préoccupée par la faiblesse de la productivité au Québec : 36% affirment être très préoccupés et 51% se disent assez préoccupés. Seulement 12% se considèrent peu ou pas du tout préoccupés par cette question.

Les solutions à apporter au problème de la productivité au Québec apparaissent multiples aux yeux des économistes interrogés. En effet, aucune des mesures soumises à leur choix n’obtient un appui massif. Les mesures jugées les plus efficaces par un plus grand nombre sont l’accroissement de l’innovation (17%), l’augmentation des investissements en éducation (17%), l’accroissement des investissements en machinerie et en outillage (16%) et la lutte contre le décrochage scolaire (14%).

En outre, plus de la moitié des économistes consultés (54%) estiment que la proposition de Loi sur les valeurs mobilières du gouvernement fédéral créant l'Autorité canadienne de réglementation des valeurs mobilières, déposée par le ministre Flaherty le 26 mai dernier, implique à long terme un recul important du secteur financier du Québec.

 

À la une

Bourse: Wall Street finit en hausse malgré la torpeur ambiante

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le secteur énergétique mène la Bourse de Toronto vers le haut.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

16:43 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Faites partie de notre classement des 300 plus grandes PME du Québec

17:00 | Les Affaires

Pour y figurer en bonne place et ainsi profiter d’une belle visibilité, remplissez notre formulaire.