La confiance des consommateurs s'effondre

Publié le 22/12/2011 à 10:41, mis à jour le 22/12/2011 à 13:56

La confiance des consommateurs s'effondre

Publié le 22/12/2011 à 10:41, mis à jour le 22/12/2011 à 13:56

Par La Presse Canadienne

La confiance des consommateurs canadiens s'est effondrée en décembre et atteint maintenant son niveau le plus faible en plus de deux ans, a révélé jeudi le Conference Board du Canada.

Le groupe de recherche explique que son indice de confiance des consommateurs a reculé de 6,5 points en décembre, à 69,9, en déclin de 11,1 points par rapport à décembre 2010. 

Il s'agit aussi de son niveau le plus faible depuis le milieu de la récession qui a frappé en 2008 et 2009. L'indice reflète la confiance des Canadiens face à l'économie, au marché de l'emploi, à leurs projets d'achats d'envergure et à leurs finances personnelles.

Le groupe affirme que la confiance a reculé sur ces quatre tableaux, mais surtout en ce qui a trait aux projets d'achats.

La confiance a cédé du terrain à travers le pays, mais c'est dans l'Atlantique que le recul le plus important a été décelé, effaçant le gain récemment enregistré après l'octroi d'un contrat de 25 milliards $ au chantier naval de Halifax cet automne.

La Colombie-Britannique a été le théâtre d'un troisième recul mensuel consécutif. La confiance a aussi cédé du terrain en Ontario et au Québec, le coeur du secteur manufacturier canadien. 

Ces résultats signifient que les consommateurs hésiteront à dépenser en 2012, tant que l'économie ne donnera pas de meilleurs signes de vigueur.

À la une

Bourse: cinq entreprises technologiques qui offrent un bon potentiel de croissance

BALADO. Les entreprises Cognizant, CGI, Converge, Quisitive et Alithya offrent un bon potentiel, dit Vincent Fournier.

Le CELI d'Étienne Charest: un emprunt et de l'audace

07:31 | Jean Décary

PLEINS FEUX SUR MON CELI. En mars 2020, Étienne Charest a emprunté pour investir dans son CELI.

Les gestionnaires sont surreprésentés parmi les travailleurs épuisés

RHÉVEIL-MATIN. Ils ont 70% plus de chance que les non-gestionnaires à se sentir en état de crise.