L'industrie de la mort prend le virage vert

Publié le 05/02/2011 à 00:00, mis à jour le 21/02/2011 à 16:20

L'industrie de la mort prend le virage vert

Publié le 05/02/2011 à 00:00, mis à jour le 21/02/2011 à 16:20

La pollution tue et mourir pollue. Enterrements et incinérations nuisent à l'environnement. Tandis qu'un nombre croissant de gens souhaitent rester verts jusqu'à l'urne ou le tombeau, l'industrie funéraire québécoise a pris le virage écolo.

Un corps embaumé peut contenir jusqu'à 15 litres d'un liquide, le formaldéhyde, sensé le préserver. " C'est un fluide très toxique pour le sol et la nappe phréatique ", explique Patrice Chavregros, vice-président aux ventes de Magnus Poirier.

De plus, les clous, les vis et les poignées en métal des cercueils ne sont pas biodégradables. " La teinture et la colle chimiques qui entrent dans leur fabrication aggravent le problème ", affirme Julia Duchastel-Légaré, directrice du développement d'Alfred Dallaire Memoria.

Aussi, les fours crématoires et les corbillards carburent à l'essence, émettant monoxyde de carbone, mercure et autres polluants.

La prise de conscience environnementale des Québécois bouscule les pratiques des maisons funéraires. Plusieurs d'entre elles souhaitent désormais réduire leur empreinte écologique en offrant des produits plus respectueux de la nature.

À la une

Le rendement de la CDPQ en 2020 est sous son indice de référence

Mis à jour il y a 14 minutes | La Presse Canadienne

Il s’agit de la moins bonne performance du bas de laine des Québécois depuis 2018.

CDPQ: une gestion de l'innovation à trois niveaux

SPÉCIAL INNOVATION. Gérer l’innovation au sein d’une organisation aussi vaste que la CDPQ n'est pas une mince tâche.

Le prix médian pour un condo à Montréal atteint 436$/pi2 en 2020

BLOGUE INVITÉ. Le prix médian au pi2 des copropriétés sur l'île de Montréal a grimpé de 14% en 2020.