L'énigme Gérald Tremblay

Publié le 23/09/2009 à 16:29

L'énigme Gérald Tremblay

Publié le 23/09/2009 à 16:29

Par Jean-Paul Gagné

Dans l’affaire des compteurs d’eau comme dans d’autres décisions mal avisées prises par la Ville de Montréal, Gérald Tremblay a toujours plaidé l’ignorance.

Mardi, il a dit qu’il ne savait pas que PricewaterhouseCoopers avait informé la Ville que la gestion du processus d’attribution du contrat des compteurs d’eau comportait plusieurs risques de dérapage importants. C’est ce qui est arrivé.

Le contrat est maintenant annulé. Combien de millions ont-ils été dépensés pour préparer ce fameux contrat et combien d’autres millions la Ville devra-t-elle payer pour compenser les firmes qui l’avaient obtenu ?

N’est-ce pas étonnant que le maire, qui est le principal responsable de la gestion de sa ville, ne savait rien ?

De deux choses l’une :

- ou bien, on lui cachait des choses. Et alors, préférait-il qu’il en soit ainsi pour se laver les mains si des erreurs de parcours sortent dans les médias ?

- ou bien, il laissait totalement la gestion à son entourage, en se disant qu’il serait protégé si des choses nauséabondes sortaient publiquement. Pas responsable, pas coupable.

Le tandem

On feint d’oublier que tout ce qui sort aujourd’hui résulte de décisions passées, à l’époque où Frank Zampino était président du comité exécutif de la Ville.

Après la fusion des villes, Gérald Tremblay et Frank Zampino se sont présentés en tandem pour diriger la Ville de Montréal. Ils se sont partagé les rôles.

Gérald Tremblay serait le penseur, le planificateur, l’image, le porte-parole de la formation politique et Frank Zampino serait le gestionnaire, le responsable de la gestion et des activités courantes de la Ville.

Gérald Tremblay n’avait pas d’expérience de la politique municipale, mais il avait une belle image : crédible, honnête, affable, sincère, authentique. Il était sorti de la politique provinciale la tête haute. Il avait dirigé son ministère avec compétence. Diplômé de Harvard avec un MBA en poche.

Frank Zampino avait l’expérience de la politique et de l’administration municipales. Conseiller et maire de Saint-Léonard de 1986 à 2000. Une image d’efficacité et rassurante.

Ce dernier a quitté la vie politique pour prendre un poste chez Dessau, six mois après l’attribution du contrat des compteurs d’eau à GeniEAU, consortium formé de Dessau et de Simard Beaudry, compagnie de construction de Tony Accurso. Frank Zampino a séjourné sur le yacht d’Accuso pendant le processus d’appel et d’attribution du contrat des compteurs d’eau. Plus tard, il s’excusera de cette erreur et quittera Dessau.

Le mystère

Un grand mystère demeure. Pourquoi autant d’enquêtes policières dans des affaires troubles ? Y a-t-il eu de la magouille dans la gestion de la Ville ou si ces erreurs sont des accidents de parcours ? La Ville est-elle aux prises avec un système de collusion de la part de firmes de construction aux procédés douteux ? La Ville s’est-elle fait rouler dans la farine ?

Est-ce que tout cela a pu arriver par hasard ? NON

Y a-t-il eu complicité quelque part ? Y a-t-il eu de la corruption ?

Il y a des enquêtes de police. Sera-ce suffisant ? Probablement pas, car on peut refuser de parler à la police.

C’est plus de difficile de le faire devant une Commission d’enquête. Quoi d’autre qu’une telle commission pour aller voir ce qu’il y a dans le panier de crabes ?

N’en va-t-il pas de l’intérêt public ?

À la une

Un truc génial pour toujours choisir la bonne file d'attente!

CHRONIQUE. Noël approche, et avec lui la saison des interminables files d'attente. À moins de connaître cette astuce!

Garder la tête haute en entrant dans la «maison des exclus»

Il y a 19 minutes | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Retour sur une soirée d'élimination qui a finalement été le début d'une grande aventure.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Il y a 26 minutes | LesAffaires.com et AFP

«Il faut conserver à l'esprit que Donald Trump a le dernier mot.»