L'économie souterraine canadienne estimée à 40,9G$

Publié le 30/01/2014 à 13:11, mis à jour le 30/01/2014 à 13:16

L'économie souterraine canadienne estimée à 40,9G$

Publié le 30/01/2014 à 13:11, mis à jour le 30/01/2014 à 13:16

Par La Presse Canadienne

L'industrie de la construction représente 28% du travail au noir au Canada. (Photo: Bloomberg)

La valeur de l'économie souterraine du Canada a atteint 40,9 milliards de dollars en 2011, selon des estimations de Statistique Canada.

Le montant représente environ 2,3 % du produit intérieur brut, une proportion qui se maintient depuis une dizaine d'années après avoir atteint un sommet estimé à 2,6 % en 1994.

Tout près de 20 milliards de dollars ont notamment été versés en salaires au noir et en pourboires non déclarés durant cette année.

Sans surprise, c'est l'industrie de la construction qui vient en tête des activités économiques souterraines, avec 28 % de travail au noir. Suivent, loin derrière, le secteur de la finance, des assurances, des services immobiliers et de location ainsi que les sociétés de portefeuille, à 13 %, et les secteurs du commerce de détail et celui de l'hébergement et de la restauration, tous deux à 12 %.

Statistique Canada définit l'économie souterraine comme étant «un ensemble d'activités économiques de marché, légales ou illégales, qui échappent aux mesures en raison de leur nature cachée, illégale ou non officielle». L'agence exclut cependant de ses estimations certaines activités illégales comme la distribution et la vente de drogues, ainsi que la prostitution.

À la une

Le projet de loi 96 bien accueilli par l'opposition et Ottawa

La nouvelle pièce législative vise à encadrer l’usage du français chez les entreprises de 25 à 49 employés notamment.

Le gouvernement Legault parraine une réforme de la loi 101

Mis à jour à 16:24 | La Presse Canadienne

La nouvelle loi 101 sera appliquée aux entreprises de 25 à 49 employés.

Loi 101: aidons les PME à mieux intégrer les immigrants

10/04/2021 | François Normand

ANALYSE. «Le renforcement de la loi 101 ne doit pas alourdir le processus administratif des PME de 25 à 49 employés.»