L'écart salarial hommes-femmes persiste, même avec une formation universitaire

Publié le 08/03/2021 à 14:25

L'écart salarial hommes-femmes persiste, même avec une formation universitaire

Publié le 08/03/2021 à 14:25

Par La Presse Canadienne
Une image montrant un écart salarial hommes-femmes.

(Photo: 123RF)

Même avec une formation universitaire et après des années de Loi sur l’équité salariale, les femmes gagnent encore moins que leurs homologues masculins, indique lundi l’Institut de la statistique du Québec.

En 2019, dans les entreprises de 200 employés et plus, pour les postes qui exigeaient une formation universitaire, une femme gagnait en moyenne 42,30$ l’heure, alors que son équivalent masculin en gagnait 45,13$.

C’est dire qu’une femme professionnelle gagnait 2,83$ de moins l’heure que son équivalent masculin, soit 93,7% du salaire horaire moyen d’un homme.

 

Causes

Dans sa plus récente étude, parue lundi à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l’Institut de la statistique du Québec avance différents motifs qui pourraient expliquer cet écart qui demeure depuis des années.

Il cite entre autres la durée dans l’emploi et l’expérience sur le marché du travail. Les femmes étant présentes dans ces professions depuis moins longtemps que les hommes, il est plausible qu’elles n’aient pas atteint le sommet de leur échelle de salaire, par exemple.

Les auteures de l’étude, Anca−Maria Florea et Nadège Jean, citent aussi comme cause possible des différences dans les effectifs selon le sexe. Les femmes sont en effet plus présentes dans certains secteurs. Le taux de présence féminine est de 80,6% dans la santé, par exemple, et de 67,4% dans celui des affaires, finances et administration.

Le taux de présence féminine est aussi de 61,1% dans le secteur public.

Et, à l’inverse, le taux de présence féminine n’est que de 6,6% dans les ressources naturelles et l’agriculture et de 7,1% dans la catégorie métiers, transport, machinerie.

Le fait d’être syndiqué ne semble pas changer le phénomène. «Les femmes professionnelles syndiquées et non syndiquées gagnent en moyenne moins que leurs collègues masculins ayant le même statut de syndicalisation (respectivement 3,67$ l’heure et 2,99$ l’heure de moins)», signalent les deux auteures de la recherche pour l’ISQ.

De même, dans l’administration québécoise, le salaire moyen des professionnelles atteint 41,72$ l’heure comparativement à 42,83$ pour les professionnels.

Dans le secteur universitaire, l’écart est particulièrement grand, soit de 7,33$. Le salaire horaire moyen des femmes y est de 54,84$ et celui des hommes de 62,17$, précise l’ISQ.

À la une

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.