Jean David dans la course à la direction du PLQ

Publié le 16/10/2012 à 08:07

Jean David dans la course à la direction du PLQ

Publié le 16/10/2012 à 08:07

Par La Presse Canadienne

Un ancien vice-président du Parti libéral du Québec (PLQ), Jean David, annoncera ce mardi qu'il entend devenir le quatrième candidat à entrer dans la course à la succession de Jean Charest.


M.David tiendra une conférence de presse à 10h00 dans un hôtel du Vieux-Montréal.


La course au leadership du PLQ compte jusqu'ici trois candidats, les ex-ministres Raymond Bachand, Philippe Couillard et Pierre Moreau.


Jean David est entré au Parti libéral il y a plus de 40 ans, en devenant président de la commission jeunesse en 1971. En 1999, il a présidé la commission politique du PLQ et il en est devenu le vice-président.


Il a toutefois claqué la porte avec fracas en 2002, un an avant l'arrivé des libéraux au pouvoir. Il avait alors dénoncé vertement le leadership de Jean Charest.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

En direct: le débat des chefs

13/09/2018 | lesaffaires.com

LesAffaires.com vous présente, en direct, le débat des chefs des élections provinciales québécoises 2018.

Souveraineté et entrepreneuriat: le grand tabou

30/10/2015 | Matthieu Charest

Pour souligner le 20e anniversaire du référendum de 1995, quatre entrepreneurs souverainistes brisent le tabou.

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.