Inflation: une hausse de taux inévitable en janvier, dit un économiste de la Scotia

Publié le 19/01/2022 à 15:50

Inflation: une hausse de taux inévitable en janvier, dit un économiste de la Scotia

Publié le 19/01/2022 à 15:50

Par La Presse Canadienne

Le spectre d’une stagflation est-il possible? (Photo: 123RF)

La montée de l’inflation force la main de la Banque du Canada. La banque centrale n’aura d’autre choix que d’augmenter son taux directeur la semaine prochaine, croit Jean-François Perrault, économiste en chef de la Banque Scotia.

M. Perrault a mis à jour ses prévisions, mercredi. Il croit désormais que la première hausse de taux surviendra dès le 26 janvier et non pas en avril. Il pense que le taux directeur progressera de 175 points de base en 2022 pour s’établir à 2% d’ici la fin de l’année.

L’économiste a mis à jour sa prévision, le jour même où Statistique Canada révélait que l’inflation annuelle avait grimpé en décembre à son niveau le plus élevé depuis 1991. L’indice des prix à la consommation affichait en décembre une hausse de 4,8% par rapport au même mois un an plus tôt, a précisé l’agence fédérale. L’inflation annuelle canadienne s’était établie à 4,7% en novembre.

«Nous avions écrit cette note avant le dévoilement de Statistique Canada», explique M. Perrault en entrevue, en marge d’une conférence virtuelle organisée par L’initiative Femmes de la Banque Scotia.

Les problèmes d’approvisionnement expliquent en partie cette mise à jour, affirme l’économiste. «C’est plus persistant. C’est moins temporaire que ce qu’on pensait.»

L’idée d’une remontée aussi rapide des taux à 2% peut sembler subite, mais M. Perrault ne croit pas qu’elle ferait dérailler la reprise économique. Il estime qu’à 2% en 2022, les taux réels demeureraient négatifs, c’est-à-dire que les taux d’intérêt seraient inférieurs à l’inflation. Il s’agit d’une condition qui est toujours stimulante pour l’économie.

L’équipe économique de la Banque Scotia croit que le produit intérieur brut réel (PIB) progressera à un rythme de 3,7 % en 2022 au Canada et de 3,3 % en 2023. L’inflation devrait atteindre, pour sa part, un rythme de 3,9 % en 2022 pour ensuite reculer à 2,7 % en 2023.

Le spectre d’une stagflation est-il possible si les perturbations de la chaîne d’approvisionnement perdurent pendant que l’économie ralentit? M. Perrault ne le croit pas.

«Le problème d’approvisionnement est lié à une demande qui est très forte. Il y a eu un stimulus. Les ménages veulent dépenser. L’appareil de production mondiale a de la difficulté à combler cette demande-là.»

«On en parle comme un problème d’offre, ajoute-t-il, mais fondamentalement le problème est qu’on veut acheter bien des choses et que c’est difficile d’acheter ces choses-là.»

 

Sur le même sujet

La Scotia n'est plus membre de l'Association canadienne des producteurs pétroliers

La Scotia était la seule banque canadienne à être membre de l’Association canadienne des producteurs pétroliers.

Le plan climatique de la Banque Scotia se retrouve au coeur de son assemblée annuelle

La Banque Scotia a été critiquée mardi pour ne pas agir assez rapidement face au changement climatique.

À la une

Bourse: nouvelle séance noire à Wall Street, les indices dévissent

Mis à jour le 18/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto en baisse de 390 points.

Les supermarchés Target plombés par la hausse des coûts, l'action s'effondre

18/05/2022 | AFP

La hausse des coûts de transport et les changements d'habitude des consommateurs ont fortement pesé sur les marges.

À surveiller: Aya Gold & Silver, George Weston et Equinox Gold

18/05/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres d'Aya Gold & Silver, George Weston et Equinox Gold? Voici des recommandations d'analystes.