Gordon Gekko de retour à Wall Street

Publié le 20/03/2010 à 00:00

Gordon Gekko de retour à Wall Street

Publié le 20/03/2010 à 00:00

Par André Dubuc

Gordon Gekko, qui personnifiait un requin de la finance dans le film Wall Street paru en 1987, reprend du service dans un nouveau film dont la sortie, d'abord prévue en avril, a été reportée en septembre. La rumeur envoie Wall Street 2, l'argent ne dort jamais, au Festival de Cannes en mai.

Gekko, assagi après 14 ans passés derrière les barreaux pour transactions d'initié, veut revoir sa fille qui a rompu les liens. L'ami de coeur de sa fille deviendra le protégé de Gekko. En échange des conseils de Gekko, il tentera de rapprocher la fille et le père mal-aimé. " On semble être en présence d'une histoire classique de rédemption où la finance joue un rôle somme toute secondaire ", dit Simon Dugas, enseignant en cinéma au Collège Saint-Laurent.

La première mouture du film avait marqué le monde de la finance à cause de ses répliques assassines, telles " La cupidité est une bonne chose ". Le succès du film tenait aussi beaucoup au charme de Michael Douglas, dont la prestation dans ce film lui avait valu l'Oscar du meilleur acteur.

Bien que Wall Street date de plus de 20 ans, la presse économique n'a jamais oublié Gekko et son téléphone cellulaire de la taille d'une brique. Le magazine Fortune l'avait présenté en première page de son numéro de juin 2005 sous le titre " La cupidité est-elle encore une bonne chose ? " Le magazine avançait l'idée que les actionnaires activistes s'étaient fait damer le pion par les firmes de capitaux privés et les fonds de couverture. Depuis, la crise financière qui s'est abattue sur l'Amérique nous a fourni la réponse.

À la une

«On réinvestit dans la croissance pour capter les occasions qui se multiplient», Patrick Decostre, PDG de Boralex

Patrick Decostre, PDG de Boralex, a répondu à nos questions sur ses nouvelles orientations stratégiques et financières.

Boralex veut doubler sa puissance d'ici 2025, et encore d'ici 2030

Cette croissance se fera d’abord par la multiplication de son empreinte dans le solaire et aux États-Unis.

Boralex se lance dans le partage de terrains pour le solaire

14/06/2021 | François Normand

Comme les terrains sont rares, le producteur d'énergie verte se lance dans l’agrivoltaïsme avec la française Sun’Agri.