Forte hausse des revenus publicitaires chez Corus

Publié le 26/06/2019 à 16:57

Forte hausse des revenus publicitaires chez Corus

Publié le 26/06/2019 à 16:57

Par Siham Lebiad

Corus Entertainment (CJR-B) a dévoilé mercredi des revenus de 458 millions de dollars, en hausse de 4% au cours du 3e trimestre prenant fin le 31 mai. L'entreprise doit ce résultat principalement à ses recettes publicitaires qui ont augmenté de 10% par rapport au trimestre précédent. 

Le groupe de médias canadien dépasse ainsi les estimations de revenus des analystes de 5M$. Ces revenus sont dominés par les recettes de la télévision, qui est responsable de 92% des revenus. Les revenus provenant de la radio s'établissent à 36,9M$, une diminution de 1,5M$ par rapport à la même période en 2018. 

La hausse des revenus démontre que l'entreprise n’a pas souffert de la baisse de 4% du nombre de ses abonnés. Cette baisse est principalement due à la vente de la chaîne Telelatino (TLN) en mars dernier.

Le bénéfice déçoit

Corus a engrangé des bénéfices de 66,4M$, soit 0,31$ par action, un peu plus bas que le consensus des analystes à 0,33$. Le bénéfice par action est en baisse de 17,2% en comparaison avec la même période l'année passée. Cette baisse est attribuable partiellement au changement de la méthode internationale de dépréciation des marques des chaînes télévision. 

« Les résultats d'aujourd’hui démontrent que le marché publicitaire est resté vigoureux durant le printemps. Ceci dit, nous continuons de croire que la visibilité au-delà de deux trimestres reste limitée, et que les dettes relativement élevées –quoique décroissantes– rajoutent du risque », juge Maher Yaghi, analyste à Desjardins Capital Markets. 

La direction a réussi à atteindre son objectif de réduire la dette de l’entreprise pour atteindre un ratio dette nette/revenu inférieur à 3,0. Les résultats dévoilent un ratio de 2,9 en baisse de 0,50 depuis 2018. 

La radio demeure faible

Les résultats témoignent également de la faiblesse de la radio dans le groupe. Les bénéfices avant impôts intérêts dépréciation et amortissements (BAIIA) de 9,7M$, en baisse de 15% par rapport à l'année précédente.

« Il y a des pressions structurelles sur le secteur de la radio. Ceci est dû à la croissance des radios par satellite et autres développements technologiques incluant l'avènement des voitures connectées», pense Aravinda Galappatthige , analyste chez Canaccord Genuity Capital Markets.

Réaction du marché

Le titre a bien réagi à l'ouverture des marchés, mais est tombé dans le rouge en fin d’après-midi. La valeur du titre quelques minutes avant la fermeture des marchés était de 6,08$, en baisse de 2,96% par rapport à la veille.


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

La dernière chance d'acheter Corus?

Édition du 07 Septembre 2019 | Stéphane Rolland

C'est peut-être la dernière chance de profiter des progrès qu'a faits Corus (CJR.B, 4,93 $) cette année, croit ...

À surveiller: SNC-Lavalin, Theratechnologies et Corus

08/04/2019 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de SNC-Lavalin, Theratechnologies et Corus ? Voici quelques recommandations d'analystes.

À la une

À surveiller: Mediagrif, Canopy Growth et Savaria

09:06 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Mediagrif, Canopy Growth et Savaria? Voici quelques recommandations d'analystes.

Canopy Growth rate la cible, le titre plonge

Mis à jour le 14/11/2019 | Denis Lalonde

Le titre de Canopy Growth termine la journée sur une chute de 14,27% à la Bourse de Toronto.

L'évaluation des investissements responsables relève du Far West

BALADO.Les investissements responsables sont là pour durer mais leur évaluation relève du Far West, dit François Bourdon