Fitch coupe la note du Japon

Publié le 22/05/2012 à 09:38

Fitch coupe la note du Japon

Publié le 22/05/2012 à 09:38

Par AFP
Afin de dégager des recettes supplémentaires, l'exécutif a déposé au Parlement fin mars un projet de loi prévoyant le doublement de la taxe sur la consommation.

Actuellement fixé à 5%, cet impôt indirect passerait à 8% en avril 2014 et à 10% en octobre 2015, dans le but de financer le système de protection sociale et de contenir la dette.

Mais d'après Fitch, "ce plan de consolidation budgétaire semble laxiste, y compris par rapport à ceux d'autres pays développés sous pression budgétaire" ayant fait d'importants efforts de maîtrise des dépenses, notamment en Europe.

L'agence a ajouté que la réforme fiscale, sur laquelle le Premier ministre de centre-gauche, Yoshihiko Noda, joue son poste, était "sujette à des incertitudes politiques" en raison de l'opposition résolue des conservateurs et d'une partie du camp du chef du gouvernement.

Immédiatement après l'annonce de Fitch, le ministre nippon des Finances, Jun Azumi, a réitéré son "engagement à mener à bien la réforme fiscale en faisant adopter les lois concernant la taxe sur la consommation et la sécurité sociale". Le ministre n'a pas souhaité commenter l'abaissement de la note proprement dit.

Malgré sa dette colossale, le Japon est resté jusqu'à présent à l'abri des attaques des marchés subies par les pays européens endettés. Vendredi, le taux d'intérêt concédé par Tokyo sur son emprunt à dix ans a même chuté à son plus bas niveau depuis près de neuf ans, à 0,815%.

Parmi les raisons expliquant l'attractivité des bons du Trésor nippons figure l'absence d'inflation, ce qui garantit un gain net pour le créancier malgré la faiblesse du taux.

Quelque 95% des obligations publiques nippones sont en outre détenues par des investisseurs japonais, ce qui met à l'abri le Trésor tokyoïte des mouvements erratiques de capitaux internationaux qui ont fait tant de mal à Athènes, Rome ou Madrid.

Les Nippons disposent en outre d'une épargne abondante sur laquelle les autorités peuvent compter pour emprunter, l'archipel détenant les deuxièmes plus importantes réserves de changes au monde et disposant de surcroît d'une monnaie de réserve internationale, le yen, ce qui renforce sa position sur les marchés.

Fitch n'en a pas moins prévenu qu'elle pourrait sévir de nouveau "en l'absence de nouvelles mesures de politique budgétaire destinées à stabiliser les finances publiques".

L'endettement croissant du pays a déjà poussé les deux autres grandes agences de notation à s'interroger: Moody's a dégradé la note du Japon d'un cran, à Aa3 (4e meilleure note sur 19, perspective stable), en août dernier, et Standard & Poor's a placé son estimation AA- (4e meilleure sur 22) sous perspective négative en avril 2011.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Moins de propriétés délaissées au Québec lors du 2e trimestre

08/07/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Après une stabilisation des préavis d'exercice au 1er trimestre, la tendance est de retour à la baisse.

Plus de propriétaires incapables de payer leurs taxes

04/06/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. En 2018, 9139 propriétés ont été grevées d'un avis de vente pour défaut de paiement de l'impôt foncier.

À la une

Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique

15:31 | AFP

Le G7 s’est aussi entendu sur « pour instaurer une taxation minimale à l’impôt sur les sociétés ».

FaceApp aspire vos données, mais ce n'est pas la seule

15:15 | AFP

Outre le fait que la société est russe, sont en cause les conditions générales d’utilisation.

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

10:49 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».