Fifa/Corruption: Nike dit avoir coopéré avec les autorités

Publié le 27/05/2015 à 17:14

Fifa/Corruption: Nike dit avoir coopéré avec les autorités

Publié le 27/05/2015 à 17:14

Par AFP

(Photo: Shutterstock)

L'équipementier américain Nike, un des commanditaires de la Fifa et de la fédération brésilienne, a indiqué mercredi avoir coopéré avec les autorités qui soupçonnent sept responsables de la haute instance du football de corruption notamment pour le Mondial-2010. 

«Nous avons coopéré et continuerons de coopérer avec les autorités», écrit la marque à la célèbre virgule (The Swoosh) dans un courriel à l'AFP.

Selon le département de la Justice américain (DoJ), «certains faits répréhensibles sont liés à la sollicitation et à la réception de pots-de-vin et de dessous de table en connexion avec le sponsoring de la fédération brésilienne de football (CBF) par un important équipementier sportif américain, la sélection du pays hôte de la coupe du Monde 2010 et l'élection du président de la Fifa en 2011».

Selon des documents judiciaires supplémentaires dévoilés dans un tribunal de Brooklyn (New York) et cités par Bloomberg News, l'entreprise américaine en question a signé un contrat exclusif en 1996 pour équiper et chausser exclusivement la sélection brésilienne. Cet accord, qui court sur 10 ans, était évalué à 160 millions de dollars.

Parallèlement, cette même société aurait versé 40 millions de dollars sur un compte bancaire suisse appartenant à un responsable d'une entreprise achetant et vendant des droits marketing au Brésil, toujours selon des documents judiciaires cités par Bloomberg. Une partie de cet argent aurait été versée à un responsable de «haut rang» de la Fifa et à un dirigeant du football brésilien. 

Nike n'est pas nommément cité par les autorités américaines mais il est le sponsor officiel de l'équipe nationale de football brésilienne depuis 1996. Ce partenariat l'a lancé dans le football, un sport dominé à l'époque par son grand rival Adidas.

Mais depuis, la griffe américaine a refait son retard de sorte que les recettes générées par le ballon rond sont sur le point de dépasser celles du basket-ball, le sport qui a lancé Nike. 

«Comme les fans (de football) un peu partout, le jeu nous importe passionnément et sommes inquiets de ces sérieuses accusations», a encore déclaré mercredi Nike. 

Et de poursuivre: «Nike croit en l'éthique et au fair-play aussi bien en affaires que dans le sport et est fortement opposé à toute forme de manipulation ou de corruption».

Ethique et transparence

La Fifa a été frappée mercredi par un double séisme avec l'arrestation de sept responsables soupçonnés de corruption notamment pour le Mondial-2010, à la demande de la justice américaine, et parallèlement la perquisition de son siège zurichois pour les Mondiaux 2018 et 2022.

De McDonald's à Coca-Cola, les autres grands commanditaires de la future coupe du Monde 2018 en Russie ont réclamé plus de «transparence» et d'«éthique».

«Cette longue controverse a terni la mission et les idéaux de la Fifa et nous avons déjà exprimé de façon répétée nos inquiétudes sur ces accusations sérieuses», a réagi dans un courriel Coca-Cola, enjoignant l'organisation à se saisir des questions de corruption.

«McDonald's prend très au sérieux les problématiques ayant trait à l'éthique et à la corruption, et les informations du département de la Justice américain sont extrêmement inquiétantes», a déclaré pour sa part la chaîne de restauration rapide.

L'équipementier Adidas, qui maintient son soutien financier au football, a encouragé la Fifa «à continuer de mettre en place et à respecter des normes conformes à la transparence dans tout ce qu'elle fait».

Idem pour le brasseur belgo-brésilien AB Inbev (Anheuser-Busch), autre commanditaire important par le biais de sa marque de bière Budweiser, qui souhaite que «tous ses partenaires maintiennent de grandes exigences en matière d'éthique et opèrent dans la transparence».

Le géant gazier russe Gazprom n'a pas souhaité commenter l'affaire, indiquant qu'il n'y avait pas d'accusation «concrète» contre lui.

L'émetteur de cartes bancaires américain Visa, autre commanditaire, n'a pas donné suite mercredi aux sollicitations de l'AFP.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

À la une

Climat : attention aux certitudes et aux peurs irrationnelles

ANALYSE - Les certitudes des climatosceptiques et la panique de la «collapsologie» minent la lutte pour le climat.

10 choses à savoir cette fin de semaine

Voici 10 nouvelles parues cette semaine à (re)découvrir.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

Que faire avec les titres de Stella-Jones, BRP et Bombardier? (Re)voici quelques recommandations d'analystes.