Feu vert des démocrates américains pour l'ACEUM

Publié le 10/12/2019 à 11:02, mis à jour le 10/12/2019 à 14:41

Feu vert des démocrates américains pour l'ACEUM

Publié le 10/12/2019 à 11:02, mis à jour le 10/12/2019 à 14:41

Par AFP
Nancy Pelosi

Il est désormais « bien meilleur », a estimé mardi la responsable des démocrates au Congrès Nancy Pelosi. (Photo: Getty Images)

Le nouvel accord de libre-échange entre les États-Unis, le Mexique et le Canada sera signé mardi à Mexico après une année de négociations entre les trois pays, a annoncé le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador (AMLO).

Cette version finale de l’accord, qui contient des amendements discutés par les trois pays, modernise le traité de l’ALENA, signé par l’ex-président américain Bill Clinton il y a 25 ans, qui a lié entre elles les trois économies d’Amérique du Nord.

La signature aura lieu lors d’une réunion entre les principaux négociateurs prévue à 12 h et présidée par le président mexicain, selon le ministre des Affaires étrangères mexicain Marcelo Ebrard.

« Nous devons encore attendre quelques heures, mais il y a déjà un accord préalable entre les gouvernements (…) Il sera signé aujourd’hui (mardi) par les exécutifs, les négociateurs des trois pays », a déclaré à la presse M. Lopez Obrador.

Dans l’intervalle, AMLO s’est entretenu par téléphone avec le président américain Donald Trump et le premier ministre canadien Justin Trudeau afin de les remercier pour « leur participation précieuse » et « leur soutien en vue de l’approbation » de l’accord de libre-échange.

L’ALENA avait créé une vaste zone de commerce regroupant quelque 500 millions d’habitants, dans le but affiché de contribuer à la croissance économique et à la hausse du niveau de vie de la population des trois pays membres. Avec des résultats mitigés, selon des économistes.

Le nouvel accord, ou ACEUM, avait déjà été signé dans sa version initiale par les trois pays fin novembre 2018. Seul le parlement mexicain l’a pour le moment ratifié.

Accord « infiniment meilleur »

Le principal syndicat américain, AFL-CIO, a annoncé mardi qu’il validait les amendements apportés à l’accord. « Pour la première fois, il y aura vraiment des réglementations du travail pouvant être mises en œuvre », a indiqué son président Richard Trumka, soulignant que l’accord comprendrait « un processus qui permettra d’inspecter les usines et les installations qui ne respectent pas leurs obligations ».

« Cet accord commercial est (…) infiniment meilleur que ce qui avait été initialement proposé par l’administration » Trump, a elle aussi estimé la chef de file des démocrates au Congrès des États-Unis, Nancy Pelosi.

Les démocrates, qui ont la majorité à la Chambre des représentants, exigeaient que le texte signé l’an passé soit modifié pour s’assurer que les nouvelles législations du travail au Mexique soient bien appliquées avant de le ratifier.

La vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, se trouve déjà au Mexique depuis lundi, a confirmé sa porte-parole à l’AFP.

Le quotidien américain The Washington Post a de son côté fait savoir que le représentant américain au commerce (USTR), Robert Lighthizer, ainsi que le gendre et conseiller du président Donald Trump, Jared Kushner, sont également présents au Mexique.

Lundi soir, les services de l’USTR, interrogés par l’AFP, n’avaient pas confirmé ce déplacement.

Du côté du Canada, le premier ministre Justin Trudeau a indiqué s’être entretenu lundi avec Donald Trump sur les progrès réalisés en vue de la ratification de l’accord.

Le président américain avait dénoncé l’ALÉNA peu après son arrivée à la Maison-Blanche, après l’avoir vilipendé pendant toute sa campagne.

Il accusait l’accord de nuire aux États-Unis et d’être à l’origine de la destruction de milliers d’emplois, en particulier dans le secteur manufacturier.

Aux États-Unis, les démocrates ont bloqué la ratification, sous l’impulsion des syndicats.

Ils craignaient que rien ne permette de vérifier l’application du texte, en particulier la hausse des salaires horaires des travailleurs mexicains du secteur automobile. Cette augmentation doit permettre d’atténuer la concurrence entre les travailleurs des trois pays.

L’ACEUM prévoit aussi pour le secteur automobile un changement important des règles dites d’origine, incitant à se fournir davantage en matériaux et composants de fabrication américaine.

Le Mexique avait indiqué dimanche que les amendements qu’il souhaitait portaient sur l’acier et l’aluminium. Les termes de l’ACEUM imposaient à Mexico de s’approvisionner en acier — nécessaire à son industrie automobile — à 70 % en Amérique du Nord. Or, Mexico se fournit également beaucoup au Brésil, au Japon et en Allemagne.

 


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Combien devrait-on avoir d'encaisse dans son portefeuille?

Il y a 58 minutes | Philippe Leblanc

BLOGUE. Quel pourcentage l'encaisse représente-t-elle dans votre portefeuille?

10 choses à savoir vendredi

Apple débarque à Montréal. Harry et Meghan, futurs influenceurs! IBM à la chasse aux fausses huiles d'olives.

Bourse: cinq résolutions à adopter en 2020 selon Luc Girard

BALADO. Avec un cycle haussier qui célèbrera son 11e anniversaire en mars, quelles résolutions devrait-on tenir en 2020?