Enquête Mercer: augmentations de salaires plus élevées en TI

Publié le 23/08/2019 à 11:45

Enquête Mercer: augmentations de salaires plus élevées en TI

Publié le 23/08/2019 à 11:45

Par Pascal Forget
Dessins de personnages sur pièces de monnaie.

(Photo: 123RF)

Selon l’Enquête 2019-2020 sur la planification de la rémunération au Canada de Mercer, les employeurs canadiens comptent augmenter les salaires de 2,6% en moyenne l'an prochain, une augmentation de 0,2 point de pourcentage par rapport à 2018.

Dans les entreprises où la rémunération tient compte de la performance, l’augmentation prévue pour les meilleurs employés atteint 4,8%. Il n’y a pas différences significatives entre les données pour le Québec et celles pour le reste du Canada.

«C’est un indice que l’économie reste forte et le taux de chômage faible. Pour trouver des personnes qui ont le niveau de compétence et d’éducation nécessaire, presque tout le monde à l’intention d’augmenter les salaires pour rester compétitifs», précise Gordon Frost, membre du partenariat et responsable du domaine Carrière de Mercer Canada.

Par rapport aux années précédentes, on constate aussi plus de variations d’un secteur à l’autre. Dans la haute technologie, l’augmentation prévue pour 2020 est de 3,2%, alors qu’elles sont moins élevées dans les domaines des services en santé (2,3%) et du détail (2,5%), où la nécessité de trouver du personnel est pourtant élevée.

«Les employés veulent avoir un salaire compétitif, c’est la base. Mais l’offre de rémunération doit maintenant être ciblée selon leurs attentes; les entreprises vont se différencier sur les autres éléments offerts, comme les régimes d’assurance-collective, l’horaire et l’environnement de travail, par exemple», mentionne M. Frost. «Avant, il était difficile d’offrir à chaque employé un programme personnalisé. Grâce à la technologie, on peut maintenant faire mieux.»

Dans les facteurs qui influencent le plus les décisions liées aux salaires pour les employeurs, on compte les enjeux de fidélisation (72%) et de recrutement (70%). La moitié des entreprises (50%) affirme favoriser une culture fondée sur le rendement.

«On veut du bien-être, de l’équilibre travail-famille, c’est super important. En même temps, les entrepreneurs sont dans un marché concurrentiel global. C’est encore important de pousser pour avoir un rendement supérieur», explique M. Frost.

L’étude révèle aussi que peu d’entreprises ont imposé un gel salarial en 2019, autant pour les cadres (6%, contre 6,8% en 2018) que les employés (4,8%, contre 4,6% l'an dernier).

Près de six organisations participantes sur dix (57%) prévoient maintenir leur budget d’augmentation de salaire au même taux en 2020. Seulement 21% ont indiqué que leur budget d’augmentation serait inférieur en 2020.

Un total de 652 organisations canadiennes ont participé à l’enquête; les données ont été rassemblées en juin 2019. Les calculs ne tiennent pas compte de celles ayant instauré un gel salarial. 

Mercer est une firme de services-conseils qui compte plus de 25 000 employés répartis dans 44 pays et elle exerce ses activités dans plus de 130 pays. Mercer est une société de Marsh & McLennan Companies qui compte 76 000 employés et dont le chiffre d’affaires annualisé est de près de 17 milliards de dollars. 


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

Sur le même sujet

Le dollar canadien fait baisser le coût de la vie à Montréal, selon Mercer

28/06/2018 | Catherine Charron

Outre Toronto, toutes les autres villes canadiennes étudiées ont perdu des plumes au classement sur le coût de la vie.

Bonifier le régime de pension, pas une panacée selon Mercer

20/06/2016 | Finance et Investissement

Les cotisations au RPC devraient être déductibles d'impôt au lieu de donner lieu à un crédit, estime Mercer.

À la une

Comment Trump alimente les tensions dans le golfe Persique

20/09/2019 | François Normand

ANALYSE - Le golfe Persique est une poudrière sur le point d'exploser; Washington en est en grande partie responsable.

La Bourse attend le prochain déclic

BLOGUE. Les bonnes données économiques et la Fed rassurent mais le test des profits et du conflit commercial approchent.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

21/09/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.