En mars le taux de chômage enregistre sa plus forte hausse

Publié le 09/04/2020 à 08:55, mis à jour le 09/04/2020 à 09:35

En mars le taux de chômage enregistre sa plus forte hausse

Publié le 09/04/2020 à 08:55, mis à jour le 09/04/2020 à 09:35

Par La Presse Canadienne

L’économie canadienne a perdu 1 011 000 emplois en mars. (Photo: Sean Kilpatrick/ La Presse canadienne)

L’économie canadienne a perdu 1 011 000 emplois en mars, dans la foulée de l’éclosion de la pandémie de COVID-19.

Statistique Canada rapporte que le taux de chômage a augmenté de 2,2 points de pourcentage pour s’élever à 7,8 %. Il s’agit de la plus forte hausse mensuelle enregistrée depuis 1976, année où des données comparables ont commencé à être publiées.

La hausse porte le taux de chômage à un niveau observé pour la dernière fois en octobre 2010.

CHÔMAGE

Au Québec, le taux de chômage de février à mars est passé de 4,5 à 8,1 %.

Les économistes préviennent que les chiffres seront encore plus élevés en avril, des millions de Canadiens ayant dû demander une aide d’urgence du gouvernement fédéral.

Statistique Canada a dû réviser certaines de ses mesures habituelles du nombre de personnes occupant un emploi, sans emploi ou hors du marché du travail afin de mieux évaluer les effets de la COVID-19 sur le marché du travail, qui ont été spectaculaires et soudains.

Le nombre de chômeurs a augmenté de 413 000 entre février et mars, principalement en raison des mises à pied temporaires, soit des travailleurs qui s’attendent à retrouver leur emploi dans six mois.

Les données de Statistique Canada dévoilées jeudi matin indiquent également que la majorité des pertes d’emplois ont eu lieu dans le secteur privé, le plus important recul ayant touché les jeunes de 15 à 24 ans.

Dans les provinces

À l’échelle provinciale, l’emploi a reculé dans toutes les provinces, notamment de 264 000 ou de 6 % au Québec, la province la plus affectée en pourcentage. L’emploi à temps partiel s’est effondré de plus de 21 % en un mois au Québec comparativement à 2,6 % pour l’emploi à temps plein.

D’ailleurs, Statistique Canada a observé le mois dernier qu’en général, les travailleurs occupant des emplois précaires et de moindre qualité étaient plus susceptibles d’être touchés par des pertes d’emplois.

Le taux de chômage a aussi augmenté dans les trois provinces des Maritimes. Il est passé de 6,9 % à 8,8 % au Nouveau-Brunswick, de 7,8 % à 9 % en Nouvelle-Écosse et de 8 % à 8,6 % à l’Île-du-Prince-Édouard.

À Terre-Neuve-et-Labrador, Statistique Canada signale que le taux de chômage a reculé, de 12 % en février à 11,7 % le mois dernier.

Par ailleurs, l’agence fédérale signale que son Enquête sur la population active a commencé à mesurer les heures perdues en 1997. Depuis, la comparaison qui se rapproche le plus de la baisse soudaine de l’activité économique observée le mois dernier a été la tempête du verglas de 1998 qui a durement éprouvé le Québec et l’Ontario.

 

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street galvanisée par les données sur l'emploi

Mis à jour à 16:33 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé vendredi sur une note positive une semaine de forte progression.

É-U: baisse surprise du taux de chômage en mai

09:23 | AFP

Le taux de chômage des États-Unis a déjoué tous les pronostics en mai, diminuant à 13,3%.

À la une

Le capteur infaillible de LeddarTech

Édition du 13 Mai 2020 | Maxime Bilodeau

FOCUS RÉGIONAL: CAPITALE-NATIONALE. LeddarTech s’apprête à prendre d’assaut le marché mondial des voitures...

Le PACME profite à Edgenda

Édition du 13 Mai 2020 | Maxime Bilodeau

FOCUS RÉGIONAL: CAPITALE-NATIONALE. Le Programme actions concertées pour le maintien en emploi (PACME) annoncé...

Optel veut géolocaliser la pandémie

Édition du 13 Mai 2020 | Maxime Bilodeau

FOCUS RÉGIONAL: CAPITALE-NATIONALE. Le Groupe Optel lutte contre la pandémie à sa manière.