Emploi : les six secteurs les plus prometteurs

Publié le 18/01/2010 à 15:10

Emploi : les six secteurs les plus prometteurs

Publié le 18/01/2010 à 15:10

Par Jean-François Cloutier

Malgré la récession, certains secteurs demeurent dynamiques. Photo: Bloomberg.

La récession a assombri les perspectives d’emplois, mais certains secteurs continuent de briller. Vous voulez trouver un bon emploi maintenant et dans les années à venir : considérez un poste dans l’énergie, les technologies de l’information, le transport, la construction, la santé ou encore l’assurance et les services financiers.

C’est ce qui se dégage de la dernière enquête de la firme Jobboom.com sur les perspectives du marché du travail.

Dans son 13e Bilan depuis sa fondation, la firme de recherche d’emploi de Quebecor note que le ralentissement économique n'a pas anéanti les perspectives d'emploi au Québec. Il a plutôt fait ressortir les secteurs les plus stables et les besoins de relève prévus lors de la reprise.

Parmi ces secteurs, on note l'énergie et les technologies de l'information et des communications (TIC) qui se démarquent par leurs projections et leurs investissements importants. 

Les secteurs du transport, de la construction, de la santé et de l'assurance et des services financiers compteront aussi parmi les industries qui embaucheront le plus pendant les trois à cinq prochaines années, surtout en raison des départs à la retraite.

Des perspectives intéressantes dans six secteurs

Selon Jobboom, le domaine de l'énergie, poussé par les projets d'efficacité énergétique et de développement de sources d'énergie renouvelables mis de l'avant par le gouvernement du Québec et Hydro-Québec, devrait créer 130 000 emplois d'ici à 2015, dont 31 000 uniquement pour l'énergie éolienne.

Et si la récession s'est fait sentir dans le secteur des technologies de l'information et des communications (qui inclut des emplois dans les jeux vidéo et l’informatique), elle a surtout eu pour effet d'amoindrir l'écart entre les offres d'emploi - qui croissaient depuis quelques années - et le nombre de diplômés, trop peu nombreux en comparaison.

Le secteur de la santé demeurera attrayant, dans la mesure où il profite à la fois (pour les chercheurs d'emplois) d’un accroissement de la demande dû au vieillissement de la population et du départ à la retraite de nombreux professionnels. «En tout, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec embauchera de 13 000 à 22 000 personnes par an jusqu'en 2015», souligne Patricia Richard, directrice générale des contenus pour Jobboom.com, qui se base sur des chiffres d’Emploi-Québec.

Dans le secteur de la construction, la Commission de la construction du Québec estime que 14 000 nouveaux travailleurs seront nécessaires chaque année d'ici à 2013. Après une baisse de régime en 2009 dans la construction résidentielle, la construction institutionnelle et commerciale et la construction industrielle, la CCQ prévoit que la vapeur se renversera en 2010 avec des hausses de 1 à 5 % selon les sous-secteurs.

Du côté de l’assurance et des secteurs financiers, la demande en travailleurs proviendra dans les années à venir autant des entreprises qui ont besoin de professionnels pour assurer leur croissance que des baby-boomers qui, à l’approche de la retraite, veulent s'assurer, assurer leurs biens, faire des placements et planifier leur retraite. Par exemple, uniquement dans la région de Québec-Lévis, on prévoit que 3000 postes de cadres en assurance et services financiers seront créés d'ici à 2012.

Méthodologie

Les perspectives sur l’emploi au Québec de Jobboom découlent d'une importante enquête menée entre juin et novembre 2009 auprès de quelque 400 intervenants des milieux industriel, professionnel et scolaire. Celle-ci est à l’origine du guide Les carrières d’avenir 2010 qui vient de paraître.

 


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Défi Start-up: les éléments d'un bon «elevator pitch»

23/05/2020 | Denis Lalonde

BALADO. Comment faire bonne impression auprès d'investisseurs potentiels en moins de 2 minutes? Anne Marcotte explique.

Défi Start-up: comment gérer un accélérateur en temps de pandémie

22/05/2020 | Denis Lalonde

BALADO. FounderFuel redémarre le 1er juin et ne sera plus jamais le même, dit la directrice générale Katy Yam.

Pour tout savoir sur le Défi Start-up

14/05/2020 | Les Affaires

Le Défi Start-up est de retour! Pour cette 5ème édition, découvrez une nouvelle formule. Pour s'inscrire, c'est par ici.