É-U: risques de récession encore limités à ce stade, selon S&P

Publié le 23/05/2022 à 20:00

É-U: risques de récession encore limités à ce stade, selon S&P

Publié le 23/05/2022 à 20:00

Par AFP

Le président Joe Biden a assuré lundi qu'une récession aux États-Unis peut être évitée. (Photo: 123RF)

Washington — Les risques de récession aux États-Unis restent limités, à ce stade, selon une étude de l'agence de notation S&P publiée lundi, qui concède que la situation s'est détériorée au cours des derniers mois.

«Bien que nous ne prévoyions pas actuellement de récession au cours des 12 prochains mois, nous reconnaissons que les risques ont augmenté», souligne l'agence dans une enquête fondée sur dix grands indicateurs économiques.

Selon S&P, il faut regarder au-delà des prochains mois, pour trouver les risques les plus importants de contraction du produit intérieur brut pendant plusieurs trimestres d'affilée, et aller jusqu'en 2023, car, alors, se fera sentir l'effet des relèvements successifs des taux directeurs par la banque centrale américaine (Fed).

L'institution a en effet procédé à deux hausses de ses taux, d'un quart de point en mars, puis d'un demi-point en mai, et prévoit de continuer à les relever, pour tenter de juguler l'inflation. Au risque de faire ralentir l'économie, voire de provoquer une récession.

Dans le baromètre d'avril, trois indicateurs sur les dix seulement sont positifs, deux étant négatifs, et cinq neutres. En novembre, huit de ces indicateurs étaient positifs, et deux étaient neutres.

«Deux signaux négatifs (…), à eux seuls, ne sont pas un avertissement fort d'une récession imminente», souligne S&P, mais la situation pourrait être différente «si le nombre de signaux négatifs continue d'augmenter dans les mois à venir, à plus de 40%».

«La santé de l'économie américaine est désormais mise à l'épreuve par une inflation extrêmement élevée et des perturbations de la chaîne d'approvisionnement, encore exacerbées par le conflit russo-ukrainien et une nouvelle série de blocages en Chine. De plus, la Fed prévoit de relever les taux de manière agressive cette année», souligne l'agence.

Le président Joe Biden a assuré lundi qu'une récession aux États-Unis peut être évitée. Il a toutefois reconnu les graves difficultés économiques des Américains face à l'inflation galopante.

Son principal conseiller économique, Brian Deese, avait, lui, soigneusement évité de promettre qu'il n'y aurait pas de récession, dimanche lors d'une interview sur la chaîne CNN.

«Il y a toujours des risques», avait-il simplement souligné tout en louant la solidité de l'économie américaine.

L'inflation a un peu ralenti aux États-Unis en avril sur un an, à 8,3%, mais reste très proche de son record du mois de mars, lorsqu'elle avait atteint 8,5%, son plus haut depuis 40 ans.

Sur le même sujet

Je persiste et je signe: pas de récession à court terme

Mis à jour à 09:59 | Pierre Cléroux

EXPERT INVITÉ. Les consommateurs, rappelons-le donc, sont bien positionnés pour affronter une hausse des taux d’intérêt.

Parler français est une opportunité économique, pas une menace

24/06/2022 | François Normand

ANALYSE. Il faut rompre avec cette croyance dépassée selon laquelle le français nuit à la conduite des affaires.

À la une

Bourse: Toronto clôture en hausse de près de 200 points

Mis à jour à 19:05 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine en baisse, l'élan s'essouffle après une semaine faste.

À surveiller: Uni-Sélect, Neighbourly Pharmacy et AGF

09:48 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Uni-Sélect, Neighbourly Pharmacy et AGF? Voici quelques recommandations d’analystes.

Ukraine: la situation sur le terrain au 124e jour

Mis à jour à 17:11 | AFP

L’armée russe tentait lundi de pousser son avantage dans l'est de l'Ukraine.