Début du procès du Journal de Mourréal en ce 1er avril

Publié le 01/04/2019 à 11:52

Début du procès du Journal de Mourréal en ce 1er avril

Publié le 01/04/2019 à 11:52

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Même si Québecor est celle qui poursuit le site satirique du  Journal de Mourréal, son avocat a ouvert sa cause en se défendant de s’en prendre à la liberté d’expression.


Suprême ironie, c’est en ce lundi 1er avril que le site spécialisé en parodies de nouvelles s’est retrouvé devant la juge Micheline Perrault de la Cour supérieure pour se défendre contre Média QMI, la filiale du conglomérat qui gère le Journal de Montréal.


Dans ses remarques d’ouverture, Me Marek Nitoslawski a immédiatement centré la cause sur l’usage de la marque de commerce du Journal de Montréal, reprochant au site satirique de l’avoir « appropriée, déformée de façon servile » dans le seul but de s’appuyer sur sa notoriété pour générer des visionnements et, donc, des revenus.


Tant le logo du site satirique que son adresse internet, ce qui est appelé l’URL, sont identiques à ceux du  Journal de Montréal à l’exception de deux lettres qui ont été changées pour créer le mot « Mourréal ».



Pour appuyer son argumentaire, Me Nitoslawski a mis en preuve que le site satirique avait modifié son propre logo pour maintenir l’apparence de celui du Journal de Montréal à peine deux jours après que ce dernier eut modifié le sien, le 1er octobre 2013.


L’avocat a répété que la cause n’en était pas une de liberté d’expression comme le soutient le défendeur, Janick Murray-Hall, l’un des deux responsables du site satirique, qui se défend lui-même, mais bien d’usage illégal d’une marque de commerce.


Il a insisté sur le fait que Média QMI est « pour la liberté d’expression (...), n’est pas contre la parodie (...) ne veut pas taire la satire et encore moins fermer le site » du Journal de Mourréal.


L’avocat a fait valoir qu’il y a de nombreux sites de parodie et de satire et que ceux-ci n’utilisent pas de marque de commerce appartenant à quelqu’un d’autre.


La Cour a prévu six jours pour l’audition de la cause.


Le premier témoin appelé par la poursuite, le vice-président responsable des contenus numériques chez Québecor Média Mathieu Turbide, a amorcé son témoignage en rappelant qu’il était devenu très difficile pour un média de se différencier sur le web avec la multiplication des sources d’information qu’on y trouve.


Il a ajouté qu’à une époque où se multiplient les fausses nouvelles, le nom d’une source devient très important puisqu’il rassure les internautes quant à la source de l’information.


Mathieu Turbide a aussi fait valoir qu’il en coûte « des millions de dollars » annuellement pour faire la promotion du Journal de Montréal.


Janick Murray-Hall et son collègue Olivier Legault, qui ont créé le site satirique, avaient laissé entendre qu’ils se présenteraient déguisés en Cour. M. Murray-Hall, qui est assis à la table de la défense, s’est plutôt présenté en jeans et chemise par-dessus un t-shirt, mais son collègue Olivier Legault, qui est assis dans la salle avec le public, porte un smoking.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

Actualité, Châtelaine et Loulou: Rogers sabre 80% de l'effectif

29/11/2016 | Matthieu Charest

Le géant torontois procède à des mises à pied massives au Québec à la veille d’un possible rachat de l’Actualité.

On parle des régions juste quand ça va mal

28/02/2016 | René Vézina

BLOGUE. Pourquoi parler des petites municipalités québécoises juste pour citer les problèmes qu'elles rencontrent?

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.