Début du procès du Journal de Mourréal en ce 1er avril

Publié le 01/04/2019 à 11:52

Début du procès du Journal de Mourréal en ce 1er avril

Publié le 01/04/2019 à 11:52

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Même si Québecor est celle qui poursuit le site satirique du  Journal de Mourréal, son avocat a ouvert sa cause en se défendant de s’en prendre à la liberté d’expression.

Suprême ironie, c’est en ce lundi 1er avril que le site spécialisé en parodies de nouvelles s’est retrouvé devant la juge Micheline Perrault de la Cour supérieure pour se défendre contre Média QMI, la filiale du conglomérat qui gère le Journal de Montréal.

Dans ses remarques d’ouverture, Me Marek Nitoslawski a immédiatement centré la cause sur l’usage de la marque de commerce du Journal de Montréal, reprochant au site satirique de l’avoir « appropriée, déformée de façon servile » dans le seul but de s’appuyer sur sa notoriété pour générer des visionnements et, donc, des revenus.

Tant le logo du site satirique que son adresse internet, ce qui est appelé l’URL, sont identiques à ceux du  Journal de Montréal à l’exception de deux lettres qui ont été changées pour créer le mot « Mourréal ».

Pour appuyer son argumentaire, Me Nitoslawski a mis en preuve que le site satirique avait modifié son propre logo pour maintenir l’apparence de celui du Journal de Montréal à peine deux jours après que ce dernier eut modifié le sien, le 1er octobre 2013.

L’avocat a répété que la cause n’en était pas une de liberté d’expression comme le soutient le défendeur, Janick Murray-Hall, l’un des deux responsables du site satirique, qui se défend lui-même, mais bien d’usage illégal d’une marque de commerce.

Il a insisté sur le fait que Média QMI est « pour la liberté d’expression (...), n’est pas contre la parodie (...) ne veut pas taire la satire et encore moins fermer le site » du Journal de Mourréal.

L’avocat a fait valoir qu’il y a de nombreux sites de parodie et de satire et que ceux-ci n’utilisent pas de marque de commerce appartenant à quelqu’un d’autre.

La Cour a prévu six jours pour l’audition de la cause.

Le premier témoin appelé par la poursuite, le vice-président responsable des contenus numériques chez Québecor Média Mathieu Turbide, a amorcé son témoignage en rappelant qu’il était devenu très difficile pour un média de se différencier sur le web avec la multiplication des sources d’information qu’on y trouve.

Il a ajouté qu’à une époque où se multiplient les fausses nouvelles, le nom d’une source devient très important puisqu’il rassure les internautes quant à la source de l’information.

Mathieu Turbide a aussi fait valoir qu’il en coûte « des millions de dollars » annuellement pour faire la promotion du Journal de Montréal.

Janick Murray-Hall et son collègue Olivier Legault, qui ont créé le site satirique, avaient laissé entendre qu’ils se présenteraient déguisés en Cour. M. Murray-Hall, qui est assis à la table de la défense, s’est plutôt présenté en jeans et chemise par-dessus un t-shirt, mais son collègue Olivier Legault, qui est assis dans la salle avec le public, porte un smoking.


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Journaux: le numérique ne suffit pas face à la baisse des revenus au Canada

En deux ans, les revenus d’exploitation des éditeurs de journaux ont diminué de 12,9 % pour atteindre 2,7 G $ en 2018.

La Commission sur l'avenir des médias amorce ses travaux

La Commission veut identifier des pistes de solutions quant à différents défis auxquels l’industrie fait face.

À la une

Bourse: à Wall Street, le Dow Jones plonge de 3%

Mis à jour à 17:26 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les acteurs du marché s’alarment devant la propagation à grande échelle de l’épidémie.

Titres en action: MTY, Air Canada, WSP Global...

06:47 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Mines: le Québec de moins en moins attractif

Ottawa et Québec «ne sont pas parvenus à proposer un climat attractif pour les investisseurs», déplore l'AMQ.