Crise au PLQ: la députée Marie Montpetit est expulsée du caucus libéral

Publié le 01/11/2021 à 16:23

Crise au PLQ: la députée Marie Montpetit est expulsée du caucus libéral

Publié le 01/11/2021 à 16:23

Par La Presse Canadienne

En poste depuis un an et demi, la cheffe libérale passe présentement son premier vrai test de leadership. (Photo: La Presse Canadienne)

La députée libérale de Maurice-Richard, Marie Montpetit, a été expulsée lundi du caucus de sa formation politique, à la suite d’une plainte déposée contre elle de harcèlement psychologique.

Cette expulsion survient alors que le parti dirigé par Dominique Anglade traverse une crise d’une ampleur ayant peu de précédents.

En poste depuis un an et demi, la cheffe libérale passe présentement son premier vrai test de leadership, confrontée aux allégations de harcèlement psychologique qui pèsent contre Mme Montpetit et les libertés prises par Gaétan Barrette sur les réseaux sociaux, en se permettant de commenter les questions de santé sans en être le porte-parole.

Et tout indique que Mme Anglade a l’intention de passer le test, en affirmant clairement son autorité, déterminée à utiliser s’il le faut la manière forte, cherchant à imposer à son équipe ses valeurs de tolérance zéro envers toute forme d’intimidation et tout manque de respect aux directives, d’autant plus que la tempête survient quelques semaines avant la tenue d’un congrès crucial pour l’avenir du parti qu’elle dirige, voire pour son avenir personnel.

En entrevue lundi à La Presse canadienne, elle a affirmé que son type de leadership en sera un de collaboration et basé sur le respect mutuel, «point, barre». Des comportements de députés qui dérogent à cette règle ne seront pas tolérés, assure-t-elle.

Deux députés de son caucus, Marie Montpetit et Gaétan Barrette, ont placé leur cheffe dans l’embarras au cours des derniers jours, la forçant à sévir contre eux, samedi soir, en les dépouillant de toutes leurs responsabilités parlementaires.

En matinée, des sources à l’interne avaient indiqué que la cheffe n’hésiterait pas à recourir à la suspension, voire à leur expulsion du caucus libéral, la mesure extrême dans la gradation des sanctions

à imposer à des députés délinquants. Le scénario a été confirmé en fin de journée, dans le cas de la députée de Maurice-Richard et ancienne ministre de la Culture.

En mai dernier, quand la ministre Marie-Ève Proulx avait été exclue du conseil des ministres, mais pas du caucus de la Coalition avenir Québec (CAQ), à la suite de plaintes d’anciens employés pour harcèlement psychologique, Mme Anglade avait eu une réaction sans équivoque.

Elle affirmait alors qu’elle aurait agi autrement, en affirmant : «Je ne voudrais pas avoir cette personne-là au sein de mon caucus, je vous le dis comme ça».

Mme Anglade a laissé entendre en entrevue lundi que, dans les deux cas précités, la situation était connue et perdurait depuis des mois, ce que des sources au sein du caucus ont confirmé. Les principaux intéressés avaient reçu des avertissements dans un passé récent, mais rien n’a changé, explique-t-on.

Dans ce contexte, la cheffe a estimé qu’elle n’avait plus le choix d’appliquer des sanctions plus sévères samedi.

Lundi, dans la journée, de nouvelles allégations de harcèlement psychologique visant Mme Montpetit ont été portées à l’attention du bureau de la cheffe. Après une rencontre avec les officiers libéraux, puis une rencontre du caucus, il a été décidé d’exclure la députée. C’est le président du caucus, Pierre Arcand, qui l’en a informée.

 

Montpetit: harcèlement psychologique

Des rumeurs et allégations de harcèlement et d’intimidation, provenant d’anciens membres de son personnel et visant Marie Montpetit, circulaient depuis des mois dans les cercles libéraux, mais aucune plainte formelle n’avait été formulée. Dans les derniers jours cependant, un ancien attaché politique a déposé une plainte écrite de harcèlement psychologique à l’aile parlementaire libérale. Ce fut la goutte qui a fait déborder le vase.

Le dossier sera transféré à l’Assemblée nationale pour fins d’enquête. Une firme indépendante sera mandatée pour analyser la plainte.

Des députés libéraux contactés lundi n’étaient pas du tout surpris de la tournure des événements et des allégations visant leur collègue. L’un d’entre eux s’est plutôt montré surpris « que ça ne sorte pas avant », tellement il était connu qu’elle pouvait dénigrer et insulter son personnel.

En entrevue téléphonique, Mme Anglade se défend d’avoir trop tardé à intervenir dans ce dossier et à sévir contre la députée. Elle soutient que chaque fois qu’un fait ou un problème a été porté à son attention, elle a «agi» aussitôt, rappelant à l’ordre les élus en cause. Elle se dit donc très «à l’aise avec les décisions prises» par elle ou son équipe à chaque étape du dossier, qu’elle dit prendre très au sérieux.

Pour sa part, la députée Montpetit nie catégoriquement les allégations. Elle n’a pas voulu accorder d’entrevue lundi, préférant transmettre une brève déclaration aux médias, dans laquelle elle affirme avoir toujours placé « le respect mutuel » au cœur de ses relations en milieu de travail. Elle n’a pas commenté son exclusion du caucus.

«Je souhaite qu’un processus d’enquête formel soit déclenché rapidement afin de me permettre de rétablir les faits et ainsi défendre ma réputation», a-t-elle écrit, en ajoutant qu’elle allait collaborer à l’enquête.

 

Barrette «a dépassé les bornes»

Le cas du Dr Gaétan Barrette, qui était jusqu’à samedi porte-parole sur les questions relevant du Conseil du trésor, est différent, mais sa propension à commenter sur les réseaux sociaux les dossiers de la santé, qui relevaient jusqu’à tout récemment de Marie Montpetit, provoque l’agacement en haut lieu.

Dans les rangs libéraux, certains jugent qu’il «a dépassé les bornes» la semaine dernière, en affirmant sur Twitter que le président de la Fédération des médecins omnipraticiens, le Dr Louis Godin, mentait sur la productivité des médecins, au moment où les médecins de famille et le gouvernement sont à couteaux tirés dans ce dossier.

C’est ce gazouillis publié le 26 octobre qui avait déclenché la crise actuelle et entraîné une réplique de Marie Montpetit, qui jugeait son commentaire «peu productif», lui rappelant l’attitude autoritaire du premier ministre François Legault.

En politique, il est rare et très mal vu de voir un député rabrouer un collègue publiquement.

De plus, un repas partagé entre le Dr Barrette et le directeur de cabinet du premier ministre, Martin Koskinen, une initiative prise sans prévenir qui que ce soit de son caucus, l’été dernier, est passé de travers.

Questionnée à savoir si elle souhaitait que M. Barrette soit candidat du PLQ aux prochaines élections, Mme Anglade est demeurée évasive, disant souhaiter «un renouveau» de son parti et de son équipe, tout en disant vouloir s’entourer de candidats pour qui le respect des autres sera une valeur incontournable.

M. Barrette n’a pas accordé d’entrevue lundi.

La crise au sein du caucus libéral éclate à un bien mauvais moment, quelques semaines avant le congrès du parti, fin novembre à Québec, et durant une année électorale, tandis que les sondages placent le PLQ à des années-lumière de celui de François Legault dans les intentions de vote.

Depuis qu’elle est cheffe, ce sera la première fois que Mme Anglade pourra rencontrer sa base militante en personne, dans le cadre d’un rassemblement, donc une occasion à ne pas rater de tenter de renverser la tendance. Elle dit vouloir en profiter pour «définir» son style de leadership et réaffirmer ses valeurs.

 

Sur le même sujet

Merci à nos aînés!

18/01/2022 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Il est important de reconnaître l'aide précieuse que nos aînés offrent depuis près de 24 mois.

Québec annonce des incitatifs temporaires pour les travailleurs de la santé épuisés

Mis à jour le 13/01/2022 | La Presse Canadienne

Les mesures sont vues comme un pas dans la bonne direction par les organisations syndicales représentant le personnel.

À la une

Une start-up montréalaise s’envole grâce aux Émirats arabes unis

La start-up montréalaise C3RiOS Systems voit le jour grâce aux Émirats arabes unis.

Comment avoir une écoute vraiment attentive?

Il y a 55 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «En tant que boss, je devrais être à l'écoute des autres. Mais je n'y arrive vraiment pas...»

Russie: la Banque centrale veut bannir les cryptomonnaies dans le pays

Il y a 17 minutes | AFP

L'institution a publié un rapport jeudi proposant l'interdiction du «minage», concourant à la création des cryptoactifs.