CPE de Montréal et de Laval: entente acceptée à 96% par les syndiquées

Publié le 27/05/2022 à 08:27, mis à jour le 27/05/2022 à 08:29

CPE de Montréal et de Laval: entente acceptée à 96% par les syndiquées

Publié le 27/05/2022 à 08:27, mis à jour le 27/05/2022 à 08:29

Par La Presse Canadienne

(Photo: Erika Fletcher pour Unsplash)

 

CPE de Montréal et de Laval: entente acceptée à 96 % par les syndiquées
Les travailleuses d’une soixantaine de centres de la petite enfance (CPE) de Montréal et de Laval ont adopté dans une proportion de 96 % l’entente de principe qui est intervenue à la fin du mois d’avril entre leur syndicat et l’Association patronale nationale des centres de la petite enfance (APNCPE).
Les CPE concernés, qui gèrent 83 installations à Montréal et Laval, regroupent quelque 1500 travailleuses. Leur syndicat leur avait recommandé d’approuver l’entente de principe.
En décembre dernier, une entente était intervenue sur le renouvellement des conventions collectives pour l’ensemble des syndicats qui représentent les travailleuses dans les CPE au Québec. Toutefois, l’association patronale concernée à Montréal et Laval ne siégeait pas à la table de négociation nationale et tenait à négocier sa propre convention collective.
Trois clauses ont posé problème durant les négociations: la durée de la semaine de travail, le rôle de l’équipe de travail et les questions du comité de sélection et de permanence.
Le Syndicat des travailleuses des Centres de la petite enfance de Montréal et de Laval (STCPEML) affirme vendredi qu’en plus d’un rattrapage salarial de 18 % déjà acquis pour les éducatrices, les syndiquées maintiennent leur période de repos dans leur milieu de travail, la participation à l’application de la pédagogie et aux décisions touchant l’organisation de la vie quotidienne dans leur groupe d’enfants et la conciliation travail-famille par le maintien d’horaires stables.

 

Les travailleuses d’une soixantaine de centres de la petite enfance (CPE) de Montréal et de Laval ont adopté dans une proportion de 96% l’entente de principe qui est intervenue à la fin du mois d’avril entre leur syndicat et l’Association patronale nationale des centres de la petite enfance (APNCPE).

Les CPE concernés, qui gèrent 83 installations à Montréal et Laval, regroupent quelque 1500 travailleuses. Leur syndicat leur avait recommandé d’approuver l’entente de principe.

En décembre dernier, une entente était intervenue sur le renouvellement des conventions collectives pour l’ensemble des syndicats qui représentent les travailleuses dans les CPE au Québec. Toutefois, l’association patronale concernée à Montréal et Laval ne siégeait pas à la table de négociation nationale et tenait à négocier sa propre convention collective.

Trois clauses ont posé problème durant les négociations: la durée de la semaine de travail, le rôle de l’équipe de travail et les questions du comité de sélection et de permanence.

Le Syndicat des travailleuses des Centres de la petite enfance de Montréal et de Laval (STCPEML) affirme vendredi qu’en plus d’un rattrapage salarial de 18 % déjà acquis pour les éducatrices, les syndiquées maintiennent leur période de repos dans leur milieu de travail, la participation à l’application de la pédagogie et aux décisions touchant l’organisation de la vie quotidienne dans leur groupe d’enfants et la conciliation travail-famille par le maintien d’horaires stables.

Sur le même sujet

Aide juridique: demi-journée de grève dans certaines régions

Mis à jour le 27/06/2022 | La Presse Canadienne

Le renouvellement de leur convention collective n’est toujours pas conclu avec le gouvernement du Québec.

Bell: 4200 syndiqués appelés à se prononcer sur un mandat de grève

Les principaux points en litige sont les salaires, la politique de télétravail, ainsi que la protection des emplois.

À la une

Renversement de Roe v. Wade: verra-t-on du «tourisme de l'avortement» au Canada?

Il y a 5 minutes | La Presse Canadienne

Le Canada devrait se préparer à une augmentation potentielle du tourisme médical.

Le rêve américain semble bel et bien mort

BLOGUE INVITÉ. Ce rêve fut la raison d’arrivée pour des millions d’immigrants en quête d’un avenir meilleur.

«Comment ne plus avoir de trous de mémoire au travail?»

MAUDITE JOB! «Au travail, je ne cesse d'oublier des choses importantes. Comment devenir moins tête en l'air?»