Comment Agropur résiste à la concurrence étrangère dans le lait

Publié le 05/03/2019 à 16:20

Comment Agropur résiste à la concurrence étrangère dans le lait

Publié le 05/03/2019 à 16:20

Par François Normand
Un fermier dans une étable

Un producteur laitier (source photo: Getty)

L’entrée en vigueur de trois accords de libre-échange bouleversera l’industrie laitière au Canada avec l’arrivée massive de lait étranger. Le transformateur laitier Agropur est confiant de pouvoir résister à la tempête grâce à sa stratégie de diversification aux États-Unis amorcée en 2002.


Ces trois ententes sont l’Accord économique et commercial global (AECG), l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) et l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM), destiné à remplacer l’ALÉNA.


Le première est entrée en vigueur le 21 septembre 2017, la seconde le 30 décembre 2018 pour six pays de l’Asie-Pacifique sur onze, dont l’Australie et la Nouvelle-Zélande, deux pays producteurs et exportateurs de lait.


Quant à l’ACEUM, il n’est pas encore en vigueur. Et ce processus pourrait prendre un certain temps, car le Mexique et le Canada exigent que Washington retire ses tarifs sur les importations d’acier (25%) et d’aluminium (10%) pour ratifier l’accord.


Cela dit, lorsque ces trois accords seront en vigueur, 15% du marché canadien sera approvisionné par des importations de lait, selon Agropur.


Avant septembre 2017, les producteurs de lait à l’étranger avaient seulement accès à 5% du marché canadien, qui fonctionne sous la gestion de l'offre, en vertu des règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).


À terme, c’est donc trois fois plus de lait étranger qui entrera au Canada.


Agropur est devenue une société nord-américaine


Malgré tout, Agropur n’a pas l’intention de changer sa stratégie de croissance, en appuyant sur l’accélérateur aux États-Unis, explique le chef de la direction, Robert Coalier, en marge de la récente assemblée annuelle de la coopérative.


«Notre stratégie n’a jamais été de se développer dans une autre géographie en raison de la géographie actuelle», dit-il.


Selon lui, une entreprise qui génère des revenus de 6 G$ par année se doit de diversifier ses sources de croissance pour ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.


En 2018, près de la moitié des revenus (46%) d’Agropur provenait du marché américain, où la coopérative affiche un taux de croissance plus rapide qu’au Canada.


En 2014, les États-Unis ne comptaient que pour 35,9% de ses ventes.


Il faut dire que la coopérative a multiplié les achats d’entreprises pour croître au sud de la frontière.


Les acquisitions de Trega Foods (un producteur de fromage du Wisconsin, en 2008) et de Davisco Foods International (un producteur de fromage et d’ingrédients laitiers présent au Minnesota, en Idaho et dans le Dakota du Sud, en 2014) figurent parmi les plus importantes.


Et si la tendance se maintient, la majorité des revenus d’Agropur proviendront du marché américain, admet Robert Coalier. «Aujourd’hui, notre empreinte, c’est l’Amérique du Nord», précise-t-il.


Aux États-Unis, la coopérative a notamment investi l’an dernier à son usine de Lake Norden, dans le Dakota du Sud, afin de tripler la production de cette usine de transformation.


«Quand l’usine atteindra sa vitesse de croisière, elle transformera sur une base quotidienne 4 millions de litres de lait en 1 million de livres de fromage», dit le chef de la direction d’Agropur.


Garder un équilibre entre les États-Unis et le Canada


Même si la population des États-Unis est dix fois plus importante qu’au Canada, l’entreprise n’entend pas négliger pour autant le marché canadien, où il y a encore des occasions d’affaires.


«Notre stratégie, c’est d’avoir une diversification géographique équilibrée, insiste le dirigeant. On ne veut pas se retrouver avec une dominance américaine parce que nous avons décidé de nous diversifier, car nous étions concentrés au Canada.»


Les investissements futurs d’Agropur tiendront compte de cet équilibre entre les deux marchés, même si la diversification géographique aux États-Unis permet à Agropur de résister plus facilement à la nouvelle concurrence étrangère au Canada.


Ces cinq dernières années, la coopérative a investi 1,3 G$ en immobilisations en Amérique du Nord, dont 728 M$ au Canada.


En 2018, l’entreprise a réalisé des revenus de 6,7 milliards de dollars (en hausse de 5%) et un excédent net de 67,7 millions de dollars.


 


 


 


 


 


 


 


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

La lutte contre le gaspillage alimentaire continue

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

AGRI-AGRO. L'industrie alimentaire cherche à s'adapter aux nouvelles exigences des consommateurs, de plus en plus...

Les marchés de proximité : une occasion à saisir

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

AGRI-AGRO. Les marchés de proximité sont en plein essor au Québec et offrent de belles occasions aux...

OPINION «Blockchain», l'avenir de la traçabilité?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
Nouveau Guide alimentaire: quels impacts pour les producteurs?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
L'industrie agricole et agroalimentaire doit-elle s'inquiéter des tensions avec la Chine?
Édition du 06 Avril 2019 | Kévin Deniau

À la une

Metro prend le plein contrôle de Première Moisson

25/04/2019 | Martin Jolicoeur

Après les Coutu, au tour de la famille Colpron-Fiset de céder les rênes de Première Moisson.

Dans la classe moyenne? Voici pourquoi tu t'appauvris

25/04/2019 | François Normand

BALADO - La classe moyenne a glissé de 64 à 61% de la population de l'OCDE depuis 40 ans. Au Canada, c'est 58%.

Débat: les sables bitumineux, un investissement vert?

25/04/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Le panel «L'avenir de la finance durable au Canada» a soulevé plusieurs questions. Je les dépose pour réflexion.