Claude Béland voulait développer l'esprit critique des Québécois

Publié le 25/11/2019 à 10:49

Claude Béland voulait développer l'esprit critique des Québécois

Publié le 25/11/2019 à 10:49

Par François Normand
Claude Béland

Claude Béland (Photo: courtoisie)

Que devrions-nous faire pour que la collectivité québécoise continue d'avancer et de prospérer? Pour sortir des sentiers battus et trouver de nouvelles idées, Les Affaires avait lancé ses lignes en début d'année, à gauche et à droite, à des femmes et à des hommes, jeunes et plus expérimentés, en ville et en région. Nous leur avons demandé la même chose: donnez-nous une idée originale pour faire avancer le Québec. Voici ce qu'avait proposé Claude Béland.

Claude Béland, ancien président du Mouvement Desjardins, propose de former des citoyens au meilleur esprit critique.

L'ancien financier propose une «éducation permanente» pour tous les citoyens québécois, et ce, afin qu'ils aient de meilleurs outils intellectuels pour critiquer les problèmes de société, à commencer par la montée des inégalités qui affaiblissent la cohésion sociale.

À ses yeux, cette éducation permanente pourrait passer par des rencontres régulières entre les députés et les électeurs pour discuter des grands enjeux, comme l'avait du reste proposé en 2003 le rapport du Comité directeur sur la réforme démocratique qu'il avait présidé.

À la recommandation 7, le comité proposait que «deux fois au cours de son mandat, chaque député organise au sein de sa circonscription des rencontres de ses concitoyennes et concitoyens à des fins de reddition de comptes, d'échanges et d'orientation».

L'ancien patron de Desjardins regrette une époque pas si lointaine où l'ensemble des Québécois ne séparaient pas l'économie de l'éthique ou de la politique. Bref, ils ne se satisfaisaient pas d'une croissance économique à leur profit personnel ou individuel, sans se demander quels effets ces augmentations avaient et auraient sur la vie des gens de leur collectivité.

«En s'enrichissant eux-mêmes, ils s'assuraient que c'était bon pour l'ensemble de leurs compatriotes», souligne M. Béland.

Or, cette époque est révolue, affirme celui qui a dirigé Desjardins de 1987 à 2000. «Ce n'est plus le cas depuis que le courant primaire, caractérisé pas des instincts de survivance, de domination de possession ou de pillage des biens d'autrui, est apparu avec son individualisme et la création d'inégalités inacceptables», dit-il.


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Les 6 points chauds où éviter de faire des affaires en 2020

17/01/2020 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Corruption, extorsion, risque d'enlèvement... Les dangers sont de plus en plus élevés à l'étranger.

Eh oui, l'IA tue nos jobs!

09/01/2020 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. 775. Ils sont 775 employés à perdre leur job, remplacés par des robots. Et personne ne s'en offusque...

À la une

Le classement des 300 plus importantes PME du Québec en 2019

Édition du 26 Octobre 2019 | Emanuelle René de Cotret

Le classement annuel des 300 plus importantes PME du Québec

Les 300 en quelques chiffres

Édition du 26 Octobre 2019

Le classement annuel des 300 plus importantes PME du Québec

Système de paie Phénix: encore plus de 100 000 victimes

Quatre ans après son implantation dans la fonction publique fédérale, le système de paie Phénix est loin d'être parfait.