Claude Béland voulait développer l'esprit critique des Québécois

Publié le 25/11/2019 à 10:49

Claude Béland voulait développer l'esprit critique des Québécois

Publié le 25/11/2019 à 10:49

Par François Normand
Claude Béland

Claude Béland (Photo: courtoisie)

Que devrions-nous faire pour que la collectivité québécoise continue d'avancer et de prospérer? Pour sortir des sentiers battus et trouver de nouvelles idées, Les Affaires avait lancé ses lignes en début d'année, à gauche et à droite, à des femmes et à des hommes, jeunes et plus expérimentés, en ville et en région. Nous leur avons demandé la même chose: donnez-nous une idée originale pour faire avancer le Québec. Voici ce qu'avait proposé Claude Béland.

Claude Béland, ancien président du Mouvement Desjardins, propose de former des citoyens au meilleur esprit critique.

L'ancien financier propose une «éducation permanente» pour tous les citoyens québécois, et ce, afin qu'ils aient de meilleurs outils intellectuels pour critiquer les problèmes de société, à commencer par la montée des inégalités qui affaiblissent la cohésion sociale.

À ses yeux, cette éducation permanente pourrait passer par des rencontres régulières entre les députés et les électeurs pour discuter des grands enjeux, comme l'avait du reste proposé en 2003 le rapport du Comité directeur sur la réforme démocratique qu'il avait présidé.

À la recommandation 7, le comité proposait que «deux fois au cours de son mandat, chaque député organise au sein de sa circonscription des rencontres de ses concitoyennes et concitoyens à des fins de reddition de comptes, d'échanges et d'orientation».

L'ancien patron de Desjardins regrette une époque pas si lointaine où l'ensemble des Québécois ne séparaient pas l'économie de l'éthique ou de la politique. Bref, ils ne se satisfaisaient pas d'une croissance économique à leur profit personnel ou individuel, sans se demander quels effets ces augmentations avaient et auraient sur la vie des gens de leur collectivité.

«En s'enrichissant eux-mêmes, ils s'assuraient que c'était bon pour l'ensemble de leurs compatriotes», souligne M. Béland.

Or, cette époque est révolue, affirme celui qui a dirigé Desjardins de 1987 à 2000. «Ce n'est plus le cas depuis que le courant primaire, caractérisé pas des instincts de survivance, de domination de possession ou de pillage des biens d'autrui, est apparu avec son individualisme et la création d'inégalités inacceptables», dit-il.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Investisseurs, méfiez-vous de l'indice S&P500!

03/08/2020 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est que ce «prestigieux» indice boursier est néfaste aux entreprises qui y figurent, selon une étude.

Les pros redeviennent prudents avant l'automne

BLOGUE. Les gros investisseurs redoutent le retour de la COVID-19 et son impact sur la reprise.

À la une

Bourse: Wall Street termine sans direction, digérant les données sur l'emploi

Mis à jour le 07/08/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street baissait vendredi midi, digérant le rapport mensuel américain sur l'emploi.

Titres en action: Magna International, Sun Life, Héroux-Devtek, Goldman Sachs...

Mis à jour le 07/08/2020 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

COVID-19: Second Cup ferme davantage de cafés

Second Cup tente de s’ajuster au coup porté par la pandémie de COVID−19.