Centraide veut adapter son modèle

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Juillet 2014

Centraide veut adapter son modèle

Offert par Les Affaires


Édition du 05 Juillet 2014

Par Dominique Froment

Lili-Anna Pereša, de Centraide du Grand Montréal.

«Le contexte philanthropique a considérablement changé depuis cinq ans. Nous devons faire évoluer notre modèle d'affaires», affirme Lili-Anna Perea, pdg de Centraide du Grand Montréal, dans une entrevue avec Les Affaires.


L'an dernier, les sommes amassées ont diminué de près de 2 millions de dollars, à 56,3 M$. Du jamais vu ! Et la direction s'est vite rendu compte qu'il ne s'agissait pas d'un simple accident de parcours. Un exemple parmi d'autres illustre les défis qui attendent Centraide : les jeunes ne veulent pas entendre parler des retenues à la source sur la paie, qui ont représenté 57 % des revenus de Centraide du Grand Montréal l'an dernier.


Cette année, 48 organismes et projets recevront 12 000 $ de moins de Centraide, qui verse environ 125 000 $ à chaque organisme. Et les autres organismes devront rendre plus visibles leurs liens avec Centraide. «Les gens connaissent les organismes et Centraide, mais ils ne font pas le lien [entre les deux]», déplore Mme Perea, qui est à la tête de l'organisme depuis janvier 2013.


Le défi des X et Y


Quels sont ces changements ? D'abord, la situation difficile à Montréal. «C'est pratiquement le plein emploi à Québec, et Centraide Québec et Chaudière-Appalaches a connu une très bonne campagne l'an dernier», rappelle-t-elle.


Autre caillou dans le soulier : Montréal a perdu 191 sièges sociaux depuis 10 ans. «Les décisions se prennent ailleurs. Et les gens donnent où ils vivent et travaillent. Quand un siège social déménage, ce sont ses plus hauts salariés qui partent.»


Et le remplacement des baby-boomers par de jeunes travailleurs n'est pas une bonne nouvelle pour Centraide. Pourquoi ? Lorsqu'un baby-boomer part à la retraite, il disparaît de l'écran radar de Centraide. Sauf dans les entreprises où il y a une association de retraités.


Et quant aux jeunes qui les remplacent, ne leur parlez pas de retenues à la source. «Ils ont besoin d'être impliqués dans un projet», dit Mme Perea.


Ce qui explique la pléthore d'événements caritatifs mettant un sport à l'honneur, comme le vélo ou la course. Ils sont à l'origine des nombreux courriels envoyés par des amis qui cherchent des commanditaires pour une collecte de fonds ou un défi de groupe.


«Les jeunes donnent quand c'est un ami, un collègue ou une connaissance qui le leur demande, pas quand c'est leur patron», explique Mme Perea, une ingénieure de formation.


Voilà pourquoi Centraide veut encourager la tenue d'événements comme la montée des marches de la Place-Ville-Marie (mais pas à genoux comme à l'oratoire Saint-Joseph !), organisée depuis 15 ans par RBC au profit de Centraide. C'est aussi pourquoi Centraide organisera le 21 octobre un spinothon au Complexe Desjardins. Suncor organise une activité en vélo au profit de Centraide.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Comment séduire les X du Québec?

Édition du 04 Mai 2019 | Claudine Hébert

PHILANTHROPIE. Les donateurs des nouvelles générations, particulièrement les X, exigent plus de transparence de ...

Bien tracer le portrait-robot des donateurs X

Édition du 04 Mai 2019 | Claudine Hébert

Philanthropie. Avis aux fondations et aux organismes de charité. Mieux vaut évoluer dans le bon secteur... et ...

À la une

Votre insomnie, la clé du succès de ce développeur montréalais

BLOGUE. En dix ans, Ipnos Software a aidé plus de 35 millions de gens à mieux dormir.

J'aimerais acheter, pourriez-vous vendre svp?

BLOGUE INVITÉ. C'est par incompétences ou paresses que certains détaillants perdent des ventes au profit d'Amazone.

À surveiller: CAE, Goodfood et Restaurant Brands

Que faire avec les titres de CAE, Goodfood et Restaurant Brands?