CAE supprime 350 emplois

Publié le 12/08/2015 à 09:16, mis à jour le 12/08/2015 à 17:01

CAE supprime 350 emplois

Publié le 12/08/2015 à 09:16, mis à jour le 12/08/2015 à 17:01

Par La Presse Canadienne

Photo Bloomberg.

Le fabricant de simulateurs de vol CAE a annoncé, mercredi, ses coupes d'emplois les plus importantes en six ans, alors qu'il s'efforce d'améliorer ses processus de production malgré des résultats financiers déjà plus solides.

CAE (TOR: CAE) prévoit licencier 350 travailleurs dans la prochaine année, principalement à Montréal où l'entreprise compte son siège social et son centre de production le plus important.

Les coupes entraîneront des charges d'environ 25 millions $, principalement pour les indemnités, mais doivent permettre des économies entre 15 et 20 millions $ par année, a dit CAE.

Des charges de près de 6 millions $ ont été enregistrés dans le premier trimestre du présent exercice, ayant débuté le 1er avril.

Le chef de la direction, Marc Parent, a décrit ces mises à pied comme un geste «proactif» nécessaire pour maintenir la position de chef de file mondial de l'entreprise dans l'industrie.

«Ill s'agit en fait de ne pas prendre notre succès pour acquis», a dit M. Parent, mercredi, à la suite de l'assemblée annuelle de l'entreprise montréalaise.

La nouvelle série de simulateurs 7000XR de CAE requiert moins d'ingénierie et moins d'employés à la fabrication pour la conception et la construction. 

Les coupes d'emplois, incluant environ 280 postes sur les 3200 à Montréal, représentent les réductions les plus importantes depuis que CAE a éliminé 700 emplois en 2009.

M. Parent a affirmé que le nombre de mises à pied était basé sur les projections de commandes au cours de la prochaine année, et qu'il pourrait changer si d'autres contrats sont obtenus. Il a ajouté qu'elles n'avaient rien à voir avec un quelconque ralentissement du client clé Bombardier ou d'autres constructeurs d'avions.

Il a fait valoir aux médias qu'il valait mieux procéder à de tels changements lorsque l'entreprise se trouve «en position de force et peut investir dans les technologies».

Environ 100 des emplois touchés sont syndiqués.

Le syndicat Unifor s'est dit désolé de l'annonce des suppressions de postes, mais s'est dit prêt à négocier des manières d'en réduire le nombre, notamment par des retraites anticipées. 

Ces coupes d'emplois - représentant environ quatre pour cent de ses 8200 employés - sont attribuées aux efforts de la compagnie pour améliorer ses processus de production. 

L'entreprise a fait part de cette décision mercredi, en divulguant ses résultats du deuxième trimestre, au cours duquel ses profits ont progressé. 

CAE a vu son bénéfice net s'établir à 44,5 millions $ au premier trimestre, comparativement à 41,6 millions $ au même moment l'an dernier.

Le résultat par action des activités poursuivies est demeuré inchangé à 17 cents.

Le revenu des activités ordinaires est passé de 526,2 millions $ il y a un an à 557 millions $ cette année, en raison de la progression importante dans les secteurs de l'aviation civile et des technologies en santé. 

Le bénéfice avant les coûts de restructuration s'élève à 50,6 millions $ (19 cents par action), en hausse de 16% par rapport à la même période l'an dernier.

À la Bourse de Toronto, l'action de CAE a cédé 66 cents, ou plus de 4%, à 14,73 $.


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Canada: l'économie a connu un brusque ralentissement fin 2019

10:25 | AFP

Le PIB a progressé de seulement 0,3 %, une forte baisse par rapport à la croissance de 1,1 % au 3e trimestre.

À surveiller: Banque Nationale, Kinaxis et Banque TD

08:55 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Banque Nationale, Kinaxis et Banque TD? Voici quelques recommandations d'analystes.

Bourse: le temps de miser sur les grandes banques canadiennes?

BALADO. Les plongeons boursiers des derniers jours rendent les titres bancaires très intéressants, selon Steve Bélisle.