Bombardier pourrait vendre 30 CSeries de plus

Publié le 19/12/2012 à 15:39, mis à jour le 19/12/2012 à 16:04

Bombardier pourrait vendre 30 CSeries de plus

Publié le 19/12/2012 à 15:39, mis à jour le 19/12/2012 à 16:04

Par Martin Jolicoeur

Bombardier Aéronautique vient d’annoncer la signature d’une lettre d’intention, pouvant se traduire par l’achat de 12 avions de ligne CS100, avec options sur l’achat de 18 autres.

Pour le moment, la société aérienne préfère garder l'anonymat, mais Bombardier précise qu’elle origine d'un des pays des Amériques.

Au prix courant de l'avion CS100, la commande ferme est estimée à quelque 870 M$US et pourrait passer à 2,08 G$US si l’ensemble des 18 options étaient converties en commandes fermes.

La lettre d'intention est l'étape qui précède normalement la commande officielle d'un appareils, précise le porte-parole de Bombardier, Marc Duchesne.

En date du 30 septembre 2012, Bombardier avait enregistré des commandes et engagements touchant 352 avions de ligne CSeries, dont des commandes fermes de 138 appareils. Dès 14 clients du CSeries à ce jour, neuf ont placé des commandes fermes.

Le premier vol d'essai de l'appareil doit avoir lieu avant la fin de juin 2013. Il devait initialement avoir lieu avant la fin de 2012.

Peu avant 15h30, l'action de Bombardier se négociait à 3,56$, en hausse de 0,01$, ou de 0,28% par rapport au cours de fermeture de la veille.

 

 

 


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Bourse: à Wall Street, le Dow Jones plonge de 3%

Mis à jour à 17:26 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les acteurs du marché s’alarment devant la propagation à grande échelle de l’épidémie.

Titres en action: MTY, Air Canada, WSP Global...

06:47 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Mines: le Québec de moins en moins attractif

Ottawa et Québec «ne sont pas parvenus à proposer un climat attractif pour les investisseurs», déplore l'AMQ.